/entertainment/music
Navigation

Rush remonte dans le temps

La formation canadienne souligne son 40e anniversaire

Coup d'oeil sur cet article

C’est un véritable voyage dans le temps qu’a offert Rush aux spectateurs réunis au Centre Bell, hier soir, dans le cadre de sa tournée anniversaire R40.

Avec ses décors se métamorphosant à mesure qu’avançait la soirée afin de refléter l’ordre antichronologique des chansons, le trio a montré qu’il n’avait pas peur de revenir à ses racines.

C’est dans un Centre Bell plein à craquer que Geddy Lee, Alex Lifeson et Neil Peart se sont avancés vers 19 h 50 pour célébrer leurs 40 ans de carrière ensemble. Un anniversaire que peu de groupes rock peuvent se vanter d’avoir célébré avec le même alignement qu’à leurs débuts.

Geddy Lee a d’ailleurs remercié les Montréalais et les Québécois en prononçant quelques mots en français, avant d’entonner Far Cry, une chanson tirée de Snakes & Arrows.

Malgré ses 40 ans de carrière et 20 albums studio, le groupe a montré dimanche soir qu’il avait su garder les pieds sur terre, préférant monter sur scène sans même avoir fait réchauffer la foule par d’autres musiciens en première partie.

Pari relevé

À voir la réaction des milliers d’amateurs réunis dans l’amphithéâtre montréalais, le pari a porté ses fruits. Les clameurs de la foule ont immédiatement répondu aux notes de The Anarchist, qui a lancé la soirée, pendant qu’apparaissait sur un écran géant un montage d’images sur le thème de Montréal incluant un «Bring back the Expos» («Ramenez les Expos») bien en évidence.

Passé les premiers émois, le public est toutefois resté assez sage pendant que Rush lui faisait revivre ses compositions les plus récentes. Ce n’est qu’à Distant Early Warnings, neuvième chanson de la soirée, que la foule a vraiment commencé à se faire entendre, avant qu’une bonne partie de l’amphithéâtre ne se lève pour écouter Subdivisions.

Mais il a fallu attendre le début de la deuxième partie pour que la fête commence véritablement, lorsque Geddy Lee et sa bande ont entonné Tom Sawyer.

Après près de 2 heures de spectacle, ni la foule ni les têtes d’affiche ne semblaient vouloir s’essouffler. Une soirée réussie.