/opinion/blogs/columnists
Navigation

Les hasards Desmarais vs le contrôle PKP

QMI_1110061051-004
Sébastien St-Jean/24 Heures/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Au moment où le gouvernement Couillard ampute de 74 millions de dollars le budget des centres de la petite enfance (CPE), Pierre-Yves McSween, collaborateur à La Presse, publie une étude alarmiste sur les coûts d’opération des CPE. Un autre hasard Gesca, propriété des Desmarais, qui sert bien le gouvernement.

Il s’est fait tout un boucan dans le paysage politique afin que Pierre-Karl Péladeau, l’actionnaire de contrôle de Québécor, en devenant le chef du PQ, se départisse de sa propriété ou la confie à un fiduciaire sans droit de regard et sans aucune instruction, incluant celle de lui demander de ne pas vendre ses actifs. Au nom de l’éthique, les libéraux et leurs maîtres veulent piéger le magnat de Québécor et installer un climat de méfiance perpétuelle autour de celui-ci en faisant croire que son empire médiatique est mis au service de sa cause. Je trouve cela plutôt ironique de voir les barons de Power Corporation s’agiter en craignant une influence indue des médias de Péladeau, alors qu’ils s’ingénient derrière des portes closes à façonner les politiques québécoises qui leur conviennent depuis des décennies.

L’étude McSween tombe à point pour servir l’austérité promue par ce gouvernement au service des oligarques financiers. En supplément, le journaliste Francis Vaille rajoute aux jérémiades des chercheurs en accréditant la thèse du premier et en insistant sur la nécessité de repenser le tout. Pourtant, l’étude ne fait que démontrer des conditions de travail et pédagogiques dans les CPE supérieures à celles des garderies privées subventionnées. Fortement syndiqué, le personnel des CPE  est mieux rémunéré, certains disant à sa juste valeur et avec des conditions d’exercice adéquates. Plusieurs s’objectaient à la syndicalisation dans ce secteur et nous avions pu l’observer plus systématiquement avec les services en milieu familial. En fait, c’était tout simplement pour pouvoir s’assurer de faire garder les enfants à rabais. L’étude McSween est une attaque supplémentaire au droit des femmes d’avoir un travail décent.

Les appels à la création d’un ordre professionnel pour les enseignants par Lagacé et Breton dans cette ère de coupure pour contrôler leurs récriminations, la promotion inconditionnelle du fédéralisme par Pratte ou l’apologie des énergies fossiles par Dubuc sont autant de leviers pour promouvoir le modèle néolibéral souhaité par les patrons. C’est peut-être un autre hasard que madame Hélène Desmarais assure les présidences des conseils d’administration de l’Institut économique de Montréal (IEDM) et de l’École des Hautes Études Commerciales (HEC), d’où provient l’actuel président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux. L’IEDM, qui est un think tank résolument à droite et promoteur d’un néolibéralisme digne des « boys » de Chicago de Milton Friedman, jouit d’une présence média enviable. En plus, l’IEDM dispose d’un numéro de charité qui profite fiscalement à ses généreux donateurs pendant que d’autres think tank plus sociaux-démocrates ou souverainistes, comme l’IRIS ou l’IREC, n’ont pas accès à de telles faveurs et se débrouillent tant bien que mal avec un rayonnement qui n’égale pas celui de l’IEDM.

Certains s’inquiètent d’une influence indue du propriétaire Péladeau sur ses médias pour les mettre au service de sa cause, ils devraient élargir leur réflexion à la prise de contrôle subtile qu’opère l’autre empire sur la modélisation du Québec.