/24m/city
Navigation

Les policiers de Montréal ne respectent pas la trêve durant les funérailles de Jean Doré

Certains d’entre eux avaient des autocollants syndicaux dans le dos, ou sur leur véhicule

Les policiers de Montréal ne respectent pas la trêve durant les funérailles de Jean Doré
Pierre-Paul Poulin / Le Journal de Montréal / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Les policiers de Montréal avaient promis d’enfiler l’uniforme officiel durant les funérailles de Jean Doré. Sauf que certains d’entre eux avaient des autocollants syndicaux bien en vue dans leur dos.

Quelques carrés rouges sur lesquels on peut lire «Libre négo» ont en effet été aperçus durant les obsèques de M. Doré, ce matin. Un agent de la cavalerie en avait un dans le dos, bien visible lorsque le cercueil de Jean Doré est sorti de l’hôtel de ville de Montréal.

Les policiers de Montréal ne respectent pas la trêve durant les funérailles de Jean Doré
MICHEL DESBIENS/AGENCE QMI

C’est à la suite de la controverse suscitée par les pantalons de camouflage aperçus aux obsèques de Jacques Parizeau que la Fraternité des policiers a annoncé que, cette fois-ci, les agents affectés aux funérailles allaient enfiler l’uniforme officiel pour l'occasion. Sauf que certains agents semblent ne pas avoir respecté la consigne.

Les policiers de Montréal ne respectent pas la trêve durant les funérailles de Jean Doré
Pierre-Paul Poulin / Le Journal de Montréal / Agence QMI

Informée par Le Journal de la situation, la Fraternité de policiers a refusé de commenter. Dans un communiqué diffusé la semaine dernière, elle précisait que les policiers du «groupe d'apparat» devaient revêtir «intégralement» l'uniforme règlementaire, tandis que les agents impliqués seulement dans le service de l’ordre ne s’engageaient qu’à porter le pantalon règlementaire.

Les policiers de Montréal ne respectent pas la trêve durant les funérailles de Jean Doré
Pierre-Paul Poulin / Le Journal de Montréal / Agence QMI

Pompiers irréprochables

Quant aux 2400 pompiers de Montréal, ils ont mis le paquet pour rendre hommage au défunt maire Jean Doré. En plus d’enfiler l’uniforme officiel, ils ont mis plusieurs heures à nettoyer leurs camions qui avaient été peints en noir pour protester contre la loi 15. Une minute de silence a même été tenue dans les 67 casernes de la ville.

«Jean Doré a été un maire apprécié des pompiers, a dit Ronald Martin président du syndicat de l'Association des pompiers. Les conflits de travail se réglaient rapidement avec lui!»

L’Association n’exclut cependant pas de repeindre à nouveau les camions lorsque les obsèques seront terminées.

«Ce n’est pas la fin de ce moyen de visibilité», a dit M. Martin.