/news/currentevents
Navigation

Montérégie: un policier tire trois balles sur un chat

Coup d'oeil sur cet article

(NDLR: La photo ci-dessous pourrait choquer certaines personnes, nous préférons vous en avertir.)

Un chat récupéré par un jeune couple de Saint-Norbert, près de Sorel, a été abattu par des agents de la SQ. Des témoins affirment que l’animal blessé aurait pu survivre grâce à des soins.

Samedi en soirée, un petit chat blessé a été trouvé par Marie-Ève Martel et son conjoint. L’animal avait du sang au niveau de la bouche et paraissait ébranlé, mais aucune autre blessure physique était apparente, selon leurs dires. Le chat bougeait ses pattes avant, la tête, la queue et a même tenté de se lever à plusieurs reprises.

Après avoir essayé de contacter le Centre animalier Pierre-de-Saurel, le couple a contacté la Sûreté du Québec. «On ne pouvait pas laisser le chat sans assistance», a confié Mme Martel. Les policiers les ont mis en contact avec la Société de protection animalière de Drummondville. «Le SPAD nous a confirmé leur départ dans les minutes qui ont suivi l’appel du 911.»

Photo Facebook

Trois balles

Entre temps Mme Martel a déposé le chat sur son terrain et le couple s’est rendu à l'arrière de la maison. C’est à ce moment que le couple a entendu deux coups de feu. «Nous nous sommes précipités à l’avant de la maison et un troisième coup feu a été tiré en pleine rue! Pour couronner le tout, l'agent qui venait d’abattre le chat de trois balles lui a donné un coup pied pour l’envoyer directement dans le fossé», a raconté Mme Martel.

Après leur avoir fait part de leur mécontentement, l’ami de cœur de Marie-Ève a insulté le policier. «Le policier l’a empoignée au collet et lui a dit qu’il allait lui envoyer une contravention par la poste pour avoir été impoli envers un agent de la paix!»

Ils déposent une plainte

Lundi, le couple est allé porter plainte. «On s'est fait répondre que l'agent en question était l'ami des animaux et il a tiré deux balles parce qu’il voulait être sûr que l'animal soit mort», a indiqué Mme Martel.

La première fois, l’agent aurait raté sa cible pour cause de nervosité, a répondu l'agent de déontologie de la SQ. «Selon le constat, l’animal ne portait pas de médaille et était lourdement blessé, indique Ingrid Asselin des relations médias à la SQ. Dans des cas semblables, les policiers peuvent utiliser leur arme à feu.»