/sports/football/alouettes
Navigation

Dattilio: un quart canadien qui a laissé sa marque

Gerry Dattilio se rappelle de bons souvenirs en voyant à l’œuvre Brandon Bridge chez les Alouettes

GERRY DATTILIO
Photo d'archives Gerry Dattilio avait été choisi le joueur canadien par excellence dans la LCF, en 1980.

Coup d'oeil sur cet article

En raison des blessures subies par Jonathan Crompton et par Dan LeFevour, la recrue Brandon Bridge se voit accorder la chance de jouer avec les Alouettes.

Le dernier quart-arrière canadien à avoir évolué pour les Oiseaux fut le Lavallois Gerry Dattilio.

Il a joué pour l’équipe montréalaise de 1976 à 1981, ainsi que lors des saisons 1984 et 1985, quand le club avait été rebaptisé les Concordes.

«Je regarde la situation à Montréal et j’espère que la direction des Alouettes saura faire preuve de patience envers Bridge, qui n’a que 23 ans», a raconté Dattilio lorsque joint au téléphone à son domicile de Calgary, où il vit avec son épouse depuis 18 ans.

«Il a toujours été difficile pour les quarts canadiens d’obtenir la chance de jouer à leur position naturelle dans la LCF, a-t-il poursuivi. Ça n’a aucun sens à mes yeux.

«Les directeurs généraux et les entraîneurs se montrent beaucoup plus patients à l’endroit des quarts américains. Les Canadiens, eux, n’ont pas droit à autant de patience.

«On les force à changer de position, comme ce fut le cas avec Marc-Olivier Brouillette, l’ex-quart des Carabins qui est aujourd’hui maraudeur chez les Alouettes.»

Le dernier Canadien à avoir agi comme quart partant dans la LCF fut Giulio Caravatta, lors d’un match disputé le 27 octobre 1996. Il jouait pour les Lions.

Une année 1980 mémorable

Dattilio, qui a toujours l’occasion de parler en français avec les chauffeurs québécois de la compagnie Bess Tank Lines pour laquelle il travaille à Calgary, a connu une belle carrière dans la Ligue canadienne de football.

C’était un joueur polyvalent. Faute de place pour lui au poste de quart, il était parfois employé comme receveur de passes.

Il a même capté deux passes de Sonny Wade pour des gains de 39 verges lors de la victoire écrasante de 41 à 6 des Alouettes sur les Eskimos en finale de la coupe Grey en 1977 au Stade olympique. Cette victoire représente le fait saillant de sa carrière.

«Je ne l’ai jamais eu facile, a commenté l’ancien joueur des Chiefs de Chomedey. Je devais me battre pour obtenir du temps de jeu. J’ai cependant su profiter de ma chance d’agir comme quart numéro 1 des Alouettes en 1980, après le départ de Joe Barnes, de même qu’avec les Stampeders en 1982.»

En 1980, Dattilio a même eu l’honneur d’être choisi le joueur canadien par excellence dans la LCF alors qu’il avait amassé des gains de 2892 verges et dirigé 19 passes de touché.

Il a terminé deuxième au scrutin du joueur le plus utile à son équipe derrière Dieter Brock et il a été sélectionné au sein de l’équipe d’étoiles de l’Est.

Deuxième derrière Russ Jackson

Mais en 1981, la mise sous contrat de Vince Ferragamo, qui avait quitté les Rams de Los Angeles pour accepter un plus riche contrat avec les Alouettes, a relégué de nouveau Dattilio au rôle de quart auxiliaire.

À la mi-saison, Dattilio avait retrouvé son poste de quart partant tellement le rendement de Ferragamo fut décevant.

Dattilio peut se targuer d’être le deuxième quart canadien à avoir amassé le plus grand nombre de verges par la passe (9952), derrière le légendaire Russ Jackson, des Rough Riders d’Ottawa.

Au cours de sa carrière, il a vu 697 de ses tentatives de passes être complétées, dont 53 pour des touchés.

Il va sans dire que Jim Popp souhaite que Brandon Bridge soit en mesure de suivre les traces de Dattilio.

 

Dans le calepin

  • Gerry Dattilio rit encore aujourd’hui en se rappelant ses deux longs attrapés effectués lors du match de la coupe Grey de 1977. «Larry Highbaugh était alors l’un des demis défensifs les plus rapides du monde et il n’avait pas caché sa frustration après la cuisante défaite des Eskimos en déclarant publiquement que j’étais le receveur de passes le moins rapide qu’il avait couvert dans sa vie!»
  • Même s’il vit à Calgary, Dattilio s’arrange pour suivre les matchs des Alouettes et il n’est aucunement surpris de voir que l’équipe de Tom Higgins éprouve autant d’ennuis à dénicher un bon remplaçant à Anthony Calvillo. «Anthony a marqué l’histoire du football. La marche est haute pour son successeur. Il est difficile de développer un bon quart numéro 1.»
  • Un parc porte le nom de Gerry Dattilio dans le quartier Chomedey à Laval. On y trouve un terrain synthétique servant au football et au soccer. C’est situé derrière l’hôtel de ville, attenant au Laval Liberty High School.
  • Un autre quart québécois, Luc Tousignant, a évolué pour les Alouettes devenus les Concordes dans les années 1980. Tousignant a agi comme partant dans cinq des16 matchs au cours de la saison 1982 de notre équipe de football.