/entertainment/movies
Navigation

Du cinéma québécois en République Tchèque

Le bruit des arbres présenté aujourd’hui à Karlovy Vary

Roy Dupuis et Antoine L’Écuyer tiennent la vedette de Le bruit des arbres, du cinéaste François Péloquin.
photo courtoisie Roy Dupuis et Antoine L’Écuyer tiennent la vedette de Le bruit des arbres, du cinéaste François Péloquin.

Coup d'oeil sur cet article

Le cinéma québécois sera à l’honneur en République tchèque aujourd’hui alors que le film Le bruit des arbres, qui met en vedette Roy Dupuis et Antoine L’Écuyer, sera présenté en compétition officielle au 50e Festival international du film de Karlovy Vary.

Plusieurs membres de l’équipe du film dont le réalisateur François Péloquin et les acteurs Roy Dupuis et Antoine L’Écuyer ont fait le voyage en République tchèque pour assister à la première mondiale du long métrage, qui aura lieu en fin d’après-midi au Grand Hall, une salle de plus de 1200 sièges.

«Je vais rarement dans les ­festivals, mais j’avais envie d’y ­aller cette fois parce qu’on me dit que l’endroit est vraiment le fun, a indiqué Roy Dupuis, en entrevue au Journal avant son départ.

«J’étais allé au Festival de Cannes il y a plusieurs années avec un des premiers films dans lequel j’ai joué (Being At Home With Claude, en 1993), mais je n’ai pas fait beaucoup de festivals depuis. Disons que ce n’est pas ce que j’aime le plus dans ce métier. Mais dans ce cas-ci, ça me tentait. Et je vais en profiter pour aller passer une journée à Prague.»

Dans Le bruit des arbres, Roy Dupuis incarne le propriétaire d’une scierie du Bas-Saint-Laurent qui a du mal à transmettre sa ­passion pour le bois à son fils de 17 ans (Antoine L’Écuyer), qui préfère consacrer ses temps libres à sa voiture et à la musique hip-hop. Le film a été tourné dans la région de Matane, l’automne dernier.

Les bons débarras

Le bruit des arbres n’est pas le seul film québécois à être projeté cette année au Festival de Karlovy Vary. Le classique Les bons débarras (1980) du regretté cinéaste Francis Mankiewicz sera également présenté aux festivaliers dans une version restaurée par le projet Éléphant: mémoire du cinéma québécois.

Au cours des dernières années, les programmateurs du festival tchèque ont souvent accordé une place de choix aux cinéastes québécois. Le drame Camion de Rafaël Ouellet avait remporté le prix de la meilleure réalisation il y a trois ans. L’année précédente, le cinéaste Denis Villeneuve (Incendies, Prisoners) avait eu droit à une rétrospective sur son œuvre.

Célébrant cette année son cinquantième anniversaire, le Festival de Karlovy Vary est considéré comme le plus important événement du genre en Europe de l’Est. Très populaire auprès des jeunes cinéphiles tchèques, le festival se déroule dans le décor enchanteur de la petite ville de Karlovy Vary, une station thermale de la ­Bohême de l’Ouest.