/entertainment/music
Navigation

Un spectacle rodé au quart de tour

Coup d'oeil sur cet article

Rayons lasers, fumée cryogénique, effets pyrotechniques, chorégraphies rodées au quart de tour... Taylor Swift a présenté bien plus qu’un simple concert, mais une véritable expérience à près de 16 000 fans réunis au Centre Bell hier soir dans le cadre de sa tournée mondiale 1989.

«Bonjour Montréal! Je m’appelle Taylor et j’adore le Québec!», a lancé la chanteuse dans un français plutôt bancal, après avoir débuté la soirée avec Welcome to New York, suivi de The New Romantics. Sitôt, les cris stridents ont fusé de toutes parts, résonnant dans l’amphithéâtre plein à craquer.

L’hystérie s’est poursuivie et les cris ont redoublé d’ampleur dès les premières notes de son récent succès Blank Space. Et l’énergie des fans n’a pas descendu d’un cran avant la fin du spectacle, deux heures plus tard.

L’intégrale de 1989

Tout au long du concert, Taylor Swift a enchaîné les titres de 1989, son dernier album. En tout, ce sont une quinzaine de chansons tirées de cet opus qu’elle a offertes à ses fans, de I Wish You Would à Out of the Woods, sans oublier les plus récents extraits Style et Bad Blood.

Taylor Swift a dérogé à cette ligne directrice à quelques rares occasions pour nous offrir une version très lascive de I Knew You Were Trouble où la chanteuse apparaît entourée d’une poignée de danseurs torse nu.

Elle a également revisité son succès Love Story et l’incontournable We Are Never Ever Getting Back Together, servi cette fois-ci dans une formule très rock, fort appréciée des fans.

Franchement impressionnant

Tout a été pensé pour offrir aux adeptes de la chanteuse l’expérience totale. En plus de la passerelle permettant à la chanteuse de traverser le Centre Bell jusqu’aux dernières rangées du parterre, des bracelets étaient fournis à tous les spectateurs, s’illuminant au cours de la soirée pour créer des effets visuels franchement impressionnants.

Au moment d’aller sous presse, on attendait toujours le mégasuccès Shake It Off, prévu en clôture de soirée sous une pluie de feux d’artifice.


À la suite de la requête envoyée par l’équipe de Taylor Swift, obligeant les photographes présents d’accepter de libérer gratuitement les droits d’auteur de leurs clichés, Le Journal a pris la décision de ne déléguer aucun photographe au Centre Bell hier soir.