/entertainment/stage
Navigation

La technologie au service du divertissement

La technologie au service du divertissement
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Chef de file dans le domaine de la robotique, le spectacle Le plieur d’avions, présenté pour la deuxième saison à Upton, réussit à séduire petits et grands, grâce à une technologie d’ingénierie sophistiquée et une histoire aussi brillante qu’amusante, campée dans un univers féerique.

Reconnu en tant que spécialiste du multimédia, le Théâtre de la Dame de Cœur revient cette année, pour la deuxième saison consécutive, avec sa création originale Le plieur d’avions, où l’on retrouve une vingtaine de marionnettes géantes, des comédiens et des projections, le tout campé dans un univers aéronautique évoquant un tarmac. Une dernière occasion de voir ce spectacle multimédia, avant que soit lancée une nouvelle création qui sera présentée l’an prochain à l’occasion de leur 40e anniversaire.
La technologie au service du divertissement
Photo courtoisie

Outre l’aspect technologique qui allie robotique et animatronique offrant un effet éblouissant, Le Plieur d’avions propose de découvrir l’histoire de Ted, un enfant souffrant d’autisme, lequel s’amuse à plier et à déplier les avions et ayant de la difficulté à les faire voler. «Le spectacle permet non seulement de mieux comprendre l’autisme et de sensibiliser les spectateurs, mais également de présenter des solutions positives sur le comportement à adopter avec un enfant autiste», indique Richard Blackburn, directeur artistique du Théâtre de la Dame de Cœur, qui a passé plusieurs journées dans un centre spécialisé avec des enfants autistes afin d’alimenter son spectacle.

Univers fascinant

Pour parvenir à montrer cette réalité, plusieurs personnages se trouvent autour de Ted, dont ses parents positionnés dans une tour de contrôle qui se questionnent sur le comportement de leur enfant autiste. S’ajoute Will, un robot sophistiqué et hyperactif, et plusieurs marionnettes géantes qui prennent l’allure d’animaux multicolores, ainsi qu’un clown, apte à communiquer sans parler. Parmi la panoplie de personnages, on retrouve Chiffonne, une marionnette surdimensionnée qui n’a rien de commun. Pour ajouter une certaine magie, on verra des avions voler et on entendra des effets sonores rappelant des avions supersoniques qui volent au-dessus du site.

L’impressionnante Chiffonne

C’est en parlant avec le directeur artistique, Richard Blackburn, que nous est révélée toute la technologie qui se cache derrière la magie de la marionnette géante Chiffonne. D’emblée, on apprend que Chiffonne, à elle seule, a coûté plus de 50 000 $ à fabriquer. «Nous avons travaillé avec des ingénieurs de l’Université de Sherbrooke pour la concevoir», précise-t-il. «Mais si on figure toutes les années de recherche passées à travailler en robotique pour nos précédents spectacles, comme La Prophétie des moufettes, la somme serait beaucoup plus élevée».

Si, à l’intérieur de chaque marionnette géante, se cachent un homme et un tableau de bord, Chiffonne est un cas particulier. «Elle est téléguidée à distance», précise Richard Blackburn.

À Upton, le confort des spectateurs est privilégié. Sièges chauffants et pivotants permettent une expérience théâtrale des plus agréables, en plein air, au coucher du soleil.


LE PLIEUR D’AVIONS

À l’affiche jusqu’au 29 août

Au Théâtre de la Dame de Cœur à Upton (Montérégie)