/news/green
Navigation

La hache dans la dernière forêt vierge du Québec

Broadback
Photo d'archives, Anne-Caroline Desplanques

Coup d'oeil sur cet article

Québec vient de céder la dernière grande forêt vierge de la province aux compagnies forestières, dénonce une partie des Cris du Nord-du-Québec.

«J’ai le sentiment qu’une partie de moi est morte et qu’on m’oblige à rester là à regarder le massacre, comme un otage», souffle Don Saganash, les larmes aux yeux, alors qu’il brandit une banderole devant l’Assemblée nationale.

Ce trappeur cri proteste contre l’accord signé hier entre Québec et le Grand conseil de cris, qui donne aux compagnies forestières le droit d’exploiter son territoire ancestral.

Broadback
Photo d'archives, Anne-Caroline Desplanques

 

Caribous menacés

Conclue sous la médiation de Lucien Bouchard, cette entente prévoit la création d’une aire protégée de 5400 km2 dans le Nord-du-Québec et au Nunavik.

La zone de protection désignée est toutefois en grande partie située au nord de la limite nordique d’exploitation, soit dans une zone où la coupe forestière est déjà interdite.

De plus, elle évite l’habitat du caribou forestier situé dans la forêt intacte le long de la rivière Broadback. Les Cris de Waswanipi, d’où vient M. Saganash, l’appellent Mishigamish.

Pour le trappeur, l’accord signe l’arrêt de mort des derniers caribous forestiers. «Les caribous vont disparaître», dénonce-t-il.

Conflit à prévoir

Même son de cloche de la part du directeur général de Greenpeace, Nicolas Mainville, pour qui l’entente «ne permettra pas la sauvegarde du caribou forestier».

La Société pour la nature et les parcs (SNAP) est d’avis que Québec évite de protéger l’habitat de l’espèce menacée pour ne pas nuire aux industriels.

«L’aire protégée évite clairement la région de Mishigamish afin de ne pas importuner l’industrie forestière», se désole Patrick Nadeau, de la SNAP Québec.

Mais les Cris de Waswanipi ne déposeront pas les armes.

Broadback
Photo d'archives, Anne-Caroline Desplanques

«Ils m’ont poignardé dans le dos, mais je suis toujours vivant», prévient M. Saganash, indiquant qu’il faudra lui passer sur le corps pour couper un seul arbre chez lui.

En plus de refuser de signer l’accord du jour, la communauté entend se battre devant les tribunaux. Elle a également l’intention de faire pression sur les acheteurs de bois au niveau international.

«Une vraie protection de la Broadback aidera à créer un marché plus durable pour les produits forestiers du Québec. Plusieurs grands acheteurs au niveau national et international exigent des produits qui ne proviennent pas d’habitats d’espèces menacées comme le caribou forestier», affirme M. Mainville.