/news/currentevents
Navigation

Des pubs presque identiques

Le parc Jean-Drapeau admet que son sous-traitant s’est « inspiré » d’un concept étranger

La publicité estivale du parc Jean-Drapeau, qu’on a métamorphosé pour l’occasion en «gougoune» géante.
Photo courtoisie La publicité estivale du parc Jean-Drapeau, qu’on a métamorphosé pour l’occasion en «gougoune» géante.

Coup d'oeil sur cet article

Le parc Jean-Drapeau vient de payer pour une affiche publicitaire qui ressemble comme deux gouttes d’eau à des images déjà utilisées dans des campagnes au Maroc et en Slovaquie, ce qui fait sourciller certains experts.

L’affiche de la campagne lancée le 12 juin dernier montre le parc Jean-Drapeau vu du ciel et transformé en «gougoune».

C’est le blogueur français Joe La Pompe, qui se fait le devoir de «démasquer les tricheurs», qui a remarqué que la campagne montréalaise était presque identique à des annonces d’agences de voyages marocaines et slovaques diffusées l’an dernier.

L’image ressemble à s’y méprendre à une publicité d’agence de voyages slovaque diffusée l’an dernier. La même image a d’ailleurs été reprise intégralement par une agence de voyages du Maroc quelques mois plus tard.
Photo courtoisie
L’image ressemble à s’y méprendre à une publicité d’agence de voyages slovaque diffusée l’an dernier. La même image a d’ailleurs été reprise intégralement par une agence de voyages du Maroc quelques mois plus tard.

Concept slovaque

Joint mercredi, le directeur marketing du parc Jean-Drapeau, François Cartier, a précisé que c’est l’Agence Clan Créatif qui a pondu cette campagne estivale, dont la facture totale est de 8690 $ de fonds publics.

Le point de départ était une photo aérienne du parc, assure-t-il.

«Notre agence a fait des recherches pour trouver des visuels en lien avec ce concept et est tombée sur l’image de la “gougoune” sur un site d’images spécialisé [Behance]», précise M. Cartier.

Sur le site en question, on voit le concept original conçu par Rodoxist Studio, un publicitaire basé à Bratislava, en Slovaquie.

Une «inspiration»

«Est-ce qu’il y a des similitudes entre les deux publicités? Oui. Est-ce que c’est du plagiat? Non», croit François Cartier, qui parle plutôt d’une «inspiration».

De son côté, la fondatrice de l’Agence Clan Créatif, Brigitte Robillard, nie s’être inspirée du concept slovaque.

«Notre inspiration, c’est la photo aérienne du parc», martèle Mme Robillard, qui souligne que «chaque grain de sable a été recréé par l’illustrateur 3D».

La publicitaire était toutefois incapable de dire si elle avait déjà vu la publicité de la Slovaquie. «Je ne peux pas le certifier à 100 %», dit-elle.

Ressemblance «frappante»

La spécialiste en communication et publicité Marie-Claude Ducas estime que la ressemblance entre les deux publicités est «frappante». «Une agence de publicité se tire dans le pied en repiquant un concept», croit-elle.

Jean-Jacques Stréliski est aussi de cet avis. Le cofondateur de l’agence Cossette et professeur associé à HEC Montréal souligne que les repiquages d’idées sont «très fréquents» dans le monde de la publicité.

«On peut s’inspirer d’une image déjà créée, mais il faut avoir à tout le moins l’élégance de citer la référence», dit-il.

L’agence Rodoxist Studio n’a pas rappelé Le Journal, mercredi.