/opinion/blogs/columnists
Navigation

Abandonner l'anglais

Abandonner l'anglais
Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Le Pakistan a décidé d’abandonner l’anglais comme langue nationale. C’est désormais l’ourdou qui remplacera l’anglais, d’ici dix à quinze ans.

Le gouvernement du Pakistan, un ancien territoire britannique, a décidé de remplacer l’anglais par l’ourdou. Il le fait pour promouvoir l’ourdou et parce qu’il veut atténuer l’impact de l’Occident sur la jeunesse pakistanaise. La majorité de la population du pays serait heureuse du changement. Seuls les bureaucrates, les militaires et des gens d’affaire opposeraient une certaine résistance.

Désormais donc, les discours officiels, les documents officiels,  les passeports seront exclusivement en ourdou.

Bien-sûr, ceci n’indique pas que les enfants pakistanais cesseront d’apprendre l’anglais. Mais l’anglais deviendra progressivement une langue étrangère parmi d’autres. Si la Chine poursuit sa croissance, il est probable que le mandarin supplantera l’anglais au Pakistan.

L'anglais dans le monde

Cette nouvelle n’étonne que ceux qui s’imaginent que la prédominance de l’anglais autour du monde est universelle et éternelle. L’anglais a connu une vogue considérable uniquement parce que tour à tour l’Angleterre et les États-Unis sont devenus les États les plus puissants du monde. Les gens des autres pays ont voulu imiter les Anglais et les Américains, ils ont voulu commercer avec eux, apprendre d’eux. Il était normal que l’anglais se répande autant partout dans le monde.

Mais il est probable que la domination des États-Unis achève. L’anglais ne jouit plus du prestige de naguère. D’autres langues le remplaceront progressivement, même si l’anglais restera encore pendant longtemps une des langues dominantes.

Un avenir de science-fiction

Par-ailleurs, les nouvelles avancées technologiques permettent une traduction simultanée de plus en plus fidèle et conviviale. La nécessité d’apprendre des langues étrangères s’amenuise aux rythme des progrès technologiques. Peut-être qu’apprendre des langues étrangères deviendra l’équivalent d’apprendre le grec ou le latin, c’est-à-dire une façon d’entraîner son esprit à mieux penser, mais sans trop d’applications véritables.

Pour des gens de notre époque, ne plus avoir à apprendre de langues étrangères semble une dangereuse hérésie et un recul de la pensée. Nul doute que quelque chose est en train de se perdre dans ce qui pourrait bien être une nouvelle façon de communiquer avec les autres. Mais en même temps, quel bonheur que de voyager un jour à travers le monde en étant parfaitement compris par tous et chacun et en comprenant soi-même toutes les conversations autour de soi.

Le rapport des humains à la langue est en train de changer. Ceci aura des impacts politiques renversants auxquels nous ferions bien de commencer à songer.