/misc
Navigation

Considérations et questions pétrolières

Lac-Mégnatic
photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Considérations pétrolières

Cette semaine, comme à presque toutes les semaines, nous avons eu droit à des déversements de pétrole:

- Le premier a eu lieu dans l'ouest de l'Ontario. Ce fut un déraillement de train où, selon le ministère de l'environnement de la province, entre 37 000 et 45 000 litres de dérivés de pétrole ont été déversés,

- Le second a eu lieu en Alberta. Cette fois-ci, il s'agissait d'une fuite de pipeline qui a laissé s'échapper environ 5 millions de litres de produits pétroliers,

- En 2010, le ministère fédéral de l'environnement estimait qu'une douzaine de déversements avaient lieu CHAQUE JOUR (représentant une quantité moyenne de 4 000 litres par déversement) dans les eaux canadiennes,

- La semaine dernière, on a découvert dans un rapport préparé pour Pêches et Océans en 2014 que le Canada n'était pas prêt à faire face à un déversement accidentel dans l'Arctique ou en eaux profondes,

- De 1 000 barils de pétrole transportés par train chaque jour au Canada en 2009, nous sommes passés à 200 000 baril par jour en 2013 et on augmentera ce total à 700 000 baril par jour en 2016,

- Pourtant, les wagons utilisés pour transporter ce pétrole ne sont pas sécuritaires. Même renforcés, les fameux wagons DOT-111 ont quand même été éventrés, comme l'a très bien démontré le déraillement de janvier 2015 à Gogama, en Ontario,

- De plus, on découvre que l'état des rails demeure loin d'être sécuritaire sur de nombreux tronçons à travers le pays, 2 ans après le fameux accident de Lac Mégantic.

Et que font les gouvernements des différentes provinces en ce moment même?

Ils travaillent à accélérer le transport du pétrole sur tout le territoire Canadien.

Une vision de l'économie dépassée

L'Alberta et la Saskatchewan mettent de la pression pour que toutes les autres provinces deviennent parties prenantes de leur plan de match débile de développement économique basé sur une augmentation toujours plus grande de l'exploitation gazière et pétrolière. Si au moins l'Alberta disait que le niveau actuel de son exploitation était suffisant pour faire vivre une province de 4 millions d'habitants et qu'il était temps pour elle de moins dépendre de cette ressource polluante en diversifiant son économie...

Mais non, n'ayant visiblement rien appris du passé, l'Alberta veut augmenter exponentiellement cette exploitation et donc devenir ENCORE PLUS dépendante de cette ressource!

Peter Lougheed, ancien premier ministre conservateur de l'Alberta a lui-même décrié cette approche irresponsable il y a quelques années en disant qu'en prenant cette voie on laisserait aux générations futures un héritage écologique ET économique désastreux. On ne parle pas ici d'un écolo de gauche, mais bien d'un ancien premier ministre conservateur albertain!

Et le Québec?

Toutes ces considérations doivent nous amener à poser des questions:

- Que vient faire le Québec dans ces négociations?

- De quel autorité le gouvernement du Québec est-il en train de négocier une stratégie énergétique canadienne dont un des principaux buts est de faciliter l'accélération de l'exploitation pétrolière et gazière de l'Alberta et de la Saskatchewan?

- Si les gouvernements de ces 2 provinces sont assez irresponsables pour se lancer têtes baissées dans cette direction, c'est leur problème mais pourquoi TOUS les Canadiens (dont les Québécois) devraient-ils en faire les frais écologiques, sécuritaires et économiques?

- L'énergie étant un domaine de juridiction provincial, comment se fait-il que le gouvernement Couillard s'apprête à signer un document cédant au fédéral et à d'autres provinces le pouvoir du Québec de décider de ses choix et décisions en matière de stratégie énergétique?

C'est du jamais vu.

- Et pourquoi ce gouvernement fait-il perdre temps et argent aux Québécois avec une consultation sur une nouvelle politique énergétique pour le Québec* si au final cette stratégie sera véritablement dictée par les intérêts de l'Alberta, de la Saskatchewan et d'Ottawa?

Le gouvernement du Québec A LE DEVOIR de répondre à ces questions fondamentales.

*https://www.politiqueenergetique.gouv.qc.ca/accueil/