/news/politics
Navigation

Énergie Est: le Bloc accuse Mulcair de parler des deux côtés de la bouche

Thomas Mulcair
Photo d'archives Thomas Mulcair

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Le Bloc québécois a accusé vendredi le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, de tenir deux discours différents à propos du projet Énergie Est de TransCanada, l’un pour le Québec et l’autre pour le Canada anglais.

Le chef bloquiste, Gilles Duceppe, a fait remarquer que dans le numéro du mois d’août du magazine «L’actualité», Thomas Mulcair a affirmé être «contre ce pipeline». Dès que cette déclaration «s’est rendue aux oreilles du Canada anglais», le NPD s’est hâté de rectifier, affirmant que son chef avait été mal cité, a déploré M. Duceppe.

«Coincé entre ce qu’il doit dire aux Canadiens et ce qu’il veut laisser croire aux Québécois, Thomas Mulcair est en train de s’engluer dans une position vaseuse, a soutenu le chef du Bloc. Je lui demande de montrer du leadership et d’être clair: va-t-il s’opposer au projet de pipeline Énergie Est, oui ou non?»

Gilles Duceppe a mentionné que le Québec ne voulait pas «d’un pipeline de pétrole bitumineux qui va traverser nos terres, nos rivières et notre fleuve, qui va permettre l’émission de gaz à effet de serre équivalant à sept millions de voitures et qui ne nous rapporte aucun bénéfice économique».

Il a affirmé que d’autres juridictions, telles que le gouvernement des États-Unis et celui de la Colombie-Britannique, s’étaient opposées à des projets similaires.