/news/currentevents
Navigation

Il faisait des plans pour l’été

Un ado de 16 ans tué lorsque sa mobylette a été heurté de plein fouet par une voiture

Jeudi soir, une voiture a heurté violemment la mobylette de Enrick Parent. Il est décédé quelques minutes plus tard sous les yeux de son ami Tristan Duquette.
Photo Agence QMI Jeudi soir, une voiture a heurté violemment la mobylette de Enrick Parent. Il est décédé quelques minutes plus tard sous les yeux de son ami Tristan Duquette.

Coup d'oeil sur cet article

WARWICK | Une dizaine de minutes avant de mourir sous les yeux horrifiés de son ami dans un accident de mobylette, un ado de 16 ans faisait des projets d’avenir.

Comme à leur habitude, Enrick Parent et Tristan Duquette s’amusaient jeudi soir au skatepark de Warwick au Centre-du-Québec. Ils sont partis en mobylette pour se rendre à une fête avec des amis.

Alors qu’ils circulaient sur la route 116, ils ont voulu tourner à gauche sur un chemin privé, mais une voiture qui venait derrière eux a percuté de plein fouet la mobylette conduite par Enrick.

« Je n’arrivais pas à croire ce qui venait d’arriver. J’espérais seulement que ce soit un cauchemar et que j’allais me réveiller, mais ce n’est pas le cas » – Tristan Duquette, son ami

«La voiture est passée à 1 pied de moi. C’était soit lui ou moi ou bien les deux. J’ai été très chanceux, mais Enrick n’a pas eu cette chance. Lorsque je l’ai vu au sol, j’ai laissé tomber mon scooter et je suis parti vers lui en courant. J’étais tellement sur l’adrénaline et je paniquais. J’étais sous le choc. Je n’arrivais pas à croire ce qui venait d’arriver. J’espérais seulement que ce soit un cauchemar et que j’allais me réveiller, mais ce n’est pas le cas», a raconté Tristan Duquette, qui a affirmé que sa mobylette allait rester dans le garage pour un bon bout de temps.

Pire moment de sa vie

Après la collision, des voitures se sont arrêtées pour aider la victime. «J’avais le souffle coupé, je ne pouvais rien faire. Je crois qu’il y avait une étudiante en médecine qui était là, elle a essayé de le réanimer, mais en vain», souligne-t-il avec émotion.

«C’est le pire moment de ma vie. Le voir mort devant moi est la dernière chose que je voulais voir dans ma vie», lance Tristan Duquette, visiblement secoué.

Les deux jeunes hommes se rendaient au chalet d’un de leur ami afin d’y faire un feu et c’est en s’y rendant que l’accident est arrivé.

Quelques instants après leur arrivée, un ambulancier a confirmé à Tristan le décès de son ami. «Je pensais que les secouristes seraient capables de le réanimer, mais il faut croire que non. C’est difficile à accepter.»

Projet qui tombe à l’eau

Une dizaine de minutes avant le drame, Enrick faisait encore des plans pour le reste de l’été. Il avait raconté à Tristan qu’il voulait repeindre sa mobylette afin qu’elle soit plus belle. «Il faut croire qu’on ne fera jamais ce projet ensemble», a-t-il dit.

Selon Tristan, Enrick était toujours présent, peu importe le moment ou la situation, et il avait le don de mettre un sourire au visage des personnes.

«Je me sens vide et son départ laisse un grand trou dans nos vies», conclut-il.

 

Les jeunes de Warwick effondrés

WARWICK | La petite ville de Warwick est sous le choc après la mort d’Enrick Parent, heurté par une voiture alors qu’il circulait à mobylette.

Tous les ados de cette petite municipalité du Centre-du-Québec ou presque connaissaient Enrick, qui était très populaire à la polyvalente Monique-Proulx qu’il fréquentait depuis un an.

Sa meilleure amie, Noémie Champoux, est inconsolable depuis qu’elle a appris son décès dans la nuit de jeudi à vendredi. «Il était le genre de garçon un peu perdu qui oublie tout partout, mais il était le gars le plus généreux. Il pensait au bonheur des autres avant tout. Il avait le cœur gros comme l’univers, dit-elle avec émotion.»

«Son père comptait beaucoup à ses yeux. Il pratiquait leur passion ensemble, le karting. Il n’y avait jamais rien de négatif avec Enrick, malgré les embûches, il demeurait souriant. C’était un jeune homme formidable, attentionné et qui donnait plein d’amour à tout le monde», souligne Noémie Champoux.

Injuste

Même son de cloche pour son amie Élodie Gosselin: «Il était trop jeune, c’est injuste. Sa bonne humeur était contagieuse et son beau sourire va manquer à tout le monde. On ne pouvait pas voir Enrick sans sa trottinette et faire ses petits tours de passe-passe. Tout cela va nous manquer», avoue-t-elle difficilement.

Marika Laplante, une amie qu’il a connue lorsqu’il habitait à Notre-Dame-du-Bon-Conseil, a illustré le départ de son ami d’une bien belle façon: «J’ai toujours pensé que le village était comme notre grande famille, et maintenant, il y manque un membre. Jamais il ne sortira de notre petite famille, on l’aime de tout cœur, on aurait dû lui dire plus souvent», lance-t-elle le cœur brisé.

Les policiers ont confirmé vendredi qu’il s’agit d’un accident et qu’il n’y a aucun élément criminel dans ce drame.