/news/consumer
Navigation

[PHOTOS] Rongeurs à volonté au Sushi 999

Des excréments frais de souris ont aussi été vus partout dans le restaurant en janvier 2014

Coup d'oeil sur cet article

C’est la plainte d’un client dégoûté par ce qu’il a vu qui a mené des inspecteurs à visiter le restaurant japonais Sushi 999, puis à lui imposer deux amendes.

Le 15 janvier 2014, un client du resto de sushis à volonté se plaint au service d’inspection de la Ville de Montréal que la cuisine du Sushi 999 est sale, que les toilettes sont dégoûtantes et que les poubelles à l’extérieur débordent de crevettes et de poissons morts.

Deux jours plus tard, deux inspecteurs retontissent au 405A, rue Sherbrooke Est pour constater de leurs propres yeux que la plainte est plus que fondée.

On confirme une insalubrité générale des lieux. La visite des experts conclura aussi à une infestation d’excréments et de souris mortes dans le commerce.

Le 20 mai dernier, un juge de la Cour municipale a condamné le commerce à verser des amendes de 1500 $ et 1000 $ respectivement pour l’infestation de souris et la malpropreté des lieux.

Les inspecteurs ont vu des crottes fraîches de souris un peu partout, du plancher de la cuisine jusque sur les tablettes de la pièce d’entreposage, entre autres, autour de sacs de sucre et de fécule.

L’entrepôt était particulièrement problématique, avec une grande quantité d’excréments sur toutes les tablettes.

«Il y avait une forte odeur nauséabonde qui se dégageait de cet entrepôt et des cernes d’urine de rongeurs étaient apparents à plusieurs endroits sur ces tablettes», notent les inspecteurs.

On a aussi trouvé des souris mortes dans des trappes collantes sur le plancher du corridor de la cuisine, trois autres en décomposition sous l’appareil de chauffage et une autre déshydratée près de la plonge.

Certaines avaient auparavant réussi à ronger des sacs remplis de contenants à usage unique.

Malpropre

Les appareils laissaient aussi à désirer. Dans un frigo, le liquide d’une préparation de bœuf cru dégoûtait dans un contenant de carottes râpées situé en dessous. Même problème avec des crevettes et du poisson cru au-dessus de fruits et de légumes.

Entre autres choses, la hotte était recouverte d’une épaisse couche de graisse jaunâtre et les joints des éviers étaient piqués de moisissure. Le plancher et les murs avaient aussi un urgent besoin d’un coup de torchon.

Le propriétaire du restaurant n’a pas rappelé Le Journal.


♦ Il faut attendre plusieurs mois après l’infraction pour qu’un juge entende la cause et rende sa sentence. Les détails de ces jugements ont ensuite été obtenus après avoir fait une demande d’accès à l’information.

 

Extraits du rapport

« Présence importante de moisissure dans la chambre froide ».– Les inspecteurs

  • Hotte et filtres du four très sales et graisseux.
  • Plusieurs trappes avec des souris mortes dans la cuisine.
  • Rien pour se laver les mains dans le restaurant.
Carte interactive

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.