/news/currentevents
Navigation

Tués par une voiture «fantôme»

Un accident avec une auto-patrouille banalisée qui répondait à un appel d’urgence fait trois morts

Coup d'oeil sur cet article

La mort a donné rendez-vous à trois personnes, samedi, à Dolbeau-Mistassini. Les occupants d’une même voiture se rendaient à une veillée funèbre, lorsque leur véhicule a été violemment heurté par une auto-patrouille banalisée de la Sûreté du Québec (SQ).

«C’est le destin, il faut vivre avec ça», se résigne Yvon Laroche, le fils de Cécile Laroche, l’une des victimes du terrible accident. Cette dernière prenait place à bord du véhicule conduit par George Martel, l’ami et pensionnaire de sa fille, Louiselle, tous deux aussi tués dans le même accident.

Les trois occupants de la petite Kia grise se rendaient, un peu avant 13 h 30, à la veillée funèbre d’une belle-sœur de Cécile Laroche. En arrivant à l’intersection de la rue De Quen et de l’avenue Rousseau, près de la résidence où demeurait Cécile Laroche, leur voiture a été heurtée, côté conducteur, par une auto-patrouille «fantôme» de la SQ.

« Une question de vitesse »

Selon Yvon Laroche, le policier répondait à un appel d’urgence pour venir en aide à une femme violentée. «C’est une question de vitesse», tranche M. Laroche, en expliquant que des témoins ont raconté avoir vu la voiture filer à vive allure peu de temps avant la collision.

«J’ai vu arriver l’automobile de la SQ. Il avait actionné le klaxon d’urgence, mais pas les lumières rouges. Il passait vite en maudit», témoigne d’ailleurs Léo Néron, un résident des Résidences St-Michel où demeurait Cécile Laroche.

«C’était un bon conducteur, renchérit Yvon Laroche à propos de George Martel. Il a toujours conduit des personnes âgées.»

Cécile Laroche aurait célébré son 90e anniversaire le 21 septembre prochain. Selon son fils, elle serait décédée sur le coup, comme George Martel d’ailleurs. «Ils n’ont pas souffert», se console-t-il, avant de préciser que sa sœur, Louiselle, a pu être réanimée, mais en vain.

Impact très violent

La route 169, dans le secteur Mistassini, où est survenu l’accident mortel, a été fermée à la circulation jusque tard en soirée. Sur le sol, de nombreux débris, dont la batterie de l’automobile des trois occupants, jonchaient le sol.

«Je me suis rendu sur les lieux de l’accident. C’est terrible et triste ce qui vient de se produire. On voit très bien que la force de l’impact a été très violente», a quant à lui partagé le maire de Dolbeau-Mistassini, Richard Hébert.

Comme une auto-patrouille de la Sûreté du Québec a été impliquée dans la collision, le ministère de la Sécurité publique a déclenché une enquête indépendante qui a été confiée au Service de police de la Ville de Québec. «L’enquête débute», a dit samedi Christine Lebrasseur, porte-parole du SVPQ, précisant que les enquêteurs du service devaient être sur les lieux de l’accident en soirée samedi.


♦ À Longueuil, les policiers de la SQ ont été impliqués dans un accident du même genre, l’année dernière. En février 2014, un enfant de cinq ans, Nicholas Thorne-Belance, est décédé suite à une collision impliquant une voiture banalisée de la Sûreté du Québec. En mai dernier, le policier qui était derrière le volant, Patrick Ouellet, a été accusé de conduite dangereuse causant la mort.