/news/currentevents
Navigation

Prolifération de chats errants à Montréal

Plus de 13 000 de ces petits animaux de compagnie se sont retrouvés dans des refuges en 2014

Des milliers de chats devront être euthanasiés au cours des prochaines semaines.
photo christopher nardi Des milliers de chats devront être euthanasiés au cours des prochaines semaines.

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Montréal peine à limiter la surpopulation des chats errants sur l’île, au point que, dans un ultime effort pour contrôler la multiplication de ces petits animaux, elle supplie les Montréalais de faire stériliser leurs chats.

«Avec les chats, on a encore un problème important de surpopulation qui nous échappe un peu parce qu’on a toute une population féline qui vit à l’extérieur de résidences dont on n’a pas le contrôle», indique Suzanne Lecomte, responsable de la planification pour la gestion animalière à Montréal.

Selon les dernières données de la Ville, ce sont plus de 17 000 animaux collectés dans les arrondissements qui se sont retrouvés dans un refuge en 2014. De ce nombre, 80 % sont des chats.

«Pour chaque chien qu’on nous amène, il y a au moins trois chats. Chaque année, nous en recevons plus de 9000 et le problème ne semble jamais se résoudre. Il y a toujours trop de chats ici», indique pour sa part Anita Kapuscinska, porte-parole de la SPCA.

Selon les données de la Ville, 8000 chats et chiens de refuge ont même dû être euthanasiés l’an dernier, une chute de 40 % depuis 2012. Malgré une situation qui s’améliore, une mort en est une de trop, dit la vétérinaire.

«Je pense que le taux d’euthanasie est celui qui nous parle le plus de surpopulation. Quand nous sommes obligés de nous départir par la mort d’animaux dont personne ne veut, je pense qu’on a un problème», martèle Mme Lecomte.

Stérilisation

Selon l’experte, la meilleure façon d’éliminer la surpopulation animale à Montréal est de faire stériliser chaque animal domestique. Un message qui passe difficilement auprès de plusieurs Montréalais, alors que 75 % des chats admis à la SPCA en 2014 n’étaient pas stérilisés.

«Cette méthode est la seule façon de réduire la multiplication des chats. En plus, un animal de compagnie qui est stérilisé a un comportement beaucoup plus prévisible et agréable», souligne la vétérinaire de la Ville, qui exhorte les propriétaires de chats de faire faire cette opération.

Compte tenu de la surabondance de félins à Montréal, la municipalité devrait même imposer la castration, croit la SPCA. Entre-temps, celle-ci a mis en place en mars dernier une première clinique de stérilisation à faible coût.

Des milliers de chats devront être euthanasiés au cours des prochaines semaines.
photo christopher nardi

«La solution parfaite est à la portée de la Ville et c’est un règlement qui oblige la stérilisation à tous les propriétaires d’animaux domestiques. De cette façon, les animaux malheureusement abandonnés ne pourront pas se reproduire», dit Mme Kapuscinska.

Conséquences

Outre la multiplication des excréments dans des endroits publics, la prolifération d’animaux abandonnés et errants entraînerait d’ailleurs son lot de problèmes de santé.

«Ces animaux peuvent être porteurs de parasites qui peuvent infester des endroits comme des carrés de sable dans les parcs. Ils peuvent aussi porter des maladies infectieuses qui se propagent aux animaux domestiques, qui les ramènent ensuite à la maison», résume la vétérinaire.

103 chats abandonnés dans un logement

La semaine du déménagement a été des plus rocambolesques pour la SPCA, qui a dû aller sauver 103 chats abandonnés par leur propriétaire dans un triplex à Anjou.

Le 7 juillet dernier, les employés de la société ont été avisés qu’une personne qu’ils n’ont pas pu identifier avait laissé une centaine de chats dans son logement qui n’était plus vivable, indique une porte-parole de la SPCA, Anita Kapuscinska.

Cette personne avait réussi à accumuler tous ses félins malgré la réglementation municipale qui oblige les propriétaires d’avoir un permis pour chaque animal de compagnie. En 2014, l’arrondissement comptait officiellement 297 chats enregistrés.

«C’était particulièrement difficile parce que c’était tout de suite après le 1er juillet, moment où nos refuges débordent à cause que les gens abandonnent leurs animaux en déménageant», explique Mme Kapuscinska.

La surpopulation animale en chiffres en 2014

13 400 chats errants et abandonnés amenés aux refuges
 
330 000 chats et 145 000 chiens dans les foyers montréalais
 
28 000 permis animaliers municipaux 
 
8000 chats et chiens euthanasiés
 
75 % des chats admis en refuge n’étaient pas stérilisés
 

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.