/sports/tennis
Navigation

À 14 ans, Félix Auger-Aliassime poursuit sa route

Martin Laurendeau est impressionné par Félix Auger-Aliassime.
Photo Le Journal de Montréal, Louis Butcher Martin Laurendeau est impressionné par Félix Auger-Aliassime.

Coup d'oeil sur cet article

GRANBY | «Je n’ai jamais été aussi ébloui de toute ma vie à regarder un jeune joueur de tennis.»

Martin Laurendeau, capitaine de l’équipe canadienne de la Coupe Davis, n’a pas manqué de superlatifs pour décrire la performance de Félix Auger-Aliassime qui a franchi avec succès hier le premier tour du Challenger de Granby.

Âgé de 14 ans à peine, le Montréalais, 1237e raquette mondiale, a vaincu l’Australien Andrew Whittington, de sept ans son aîné et classé au 493e rang à l’ATP, en deux manches de 6-3 et 6-2.

À sa première présence au tableau principal d’un tournoi d’importance, Auger-Aliassime a multiplié les coups d’éclat devant un public à la fois conquis et surpris par l’assurance de son jeu.

«Je ne peux demander mieux, a-t-il déclaré après son match. Ça n’a pas été facile, mais j’ai su garder ma concentration et inscrire les points aux bons moments. Je suis content de mon jeu, même s’il y a toujours place à amélioration.

«Un des meilleurs matchs de ma carrière, a-t-il poursuivi. Une rencontre dont je vais me souvenir longtemps.»

Aucune baisse de régime

Pour sa vision du jeu, la qualité et la variété de ses coups, Auger-Aliassime mérite une note presque parfaite. Du rarement vu au tennis québécois. Ce n’est pas nous qui l’affirmons, c’est Laurendeau, qui en a vu des matchs, croyez-nous.

«Quand il devait faire une dizaine de coups à la perfection, a fait remarquer Laurendeau, il le faisait. Et c’était constant de sa part, sans aucune baisse de régime ou de concentration. À cet âge-là, c’est difficile de jouer avec autant d’intensité. Des joueurs de 20 ans sont incapables de le faire, alors, lui il n’a que 14 ans.»

À la fin du match, les spectateurs lui ont réservé une ovation, certes méritée. Et plusieurs d’entre eux ont déclaré avoir vécu un événement historique. La naissance d’une étoile au tennis, rien de moins.