/opinion/columnists
Navigation

Tu changes ou tu crèves

Coup d'oeil sur cet article

Les chauffeurs de taxi sont déprimés de voir leur industrie chamboulée par l’arrivée de Uber.

Les chauffeurs de taxi sont déprimés de voir leur industrie chamboulée par l’arrivée de Uber.

Bienvenue au XXIe siècle, messieurs, dames.

Je comprends votre désarroi, mais c’est la vie.

Le monde du taxi n’est pas le seul secteur d’activité économique à se faire rentrer dedans par la révolution technologique.

DE PLUS EN PLUS VITE

Prenez le monde des médias.

Terminée, la belle époque où les journaux et la télévision traditionnelle régnaient en maîtres incontestés.

Il y a maintenant youtube, iTunes, les podcasts, les blogues, la télé sur internet, les webzines, Netflix, Hulu, Next Issue, sans oublier les milliers de sites illégaux où l’on peut télécharger des films et des émissions de télé d’un simple toucher du doigt.

Qu’ont fait les éditeurs et les producteurs? Ont-ils braillé dans leur coin en demandant au gouvernement de stopper le mouvement des marées et le cycle des saisons?

Non. Ils se sont adaptés. Ils ont tenté d’inventer de nouveaux modèles d’affaires.

Personne ne sait où tout ça va nous mener. Les journaux vont-ils disparaître? Internet va-t-il remplacer la télé? Est-ce la fin des salles de cinéma? Les films vont-ils maintenant sortir dans tous les formats (streaming, DVD, vidéo sur demande, iTunes) le même jour?

Bien malin celui qui pourra prédire l’avenir.

Mais une chose est sûre: en 2015, le changement est la seule certitude.

Tout va changer. Et de plus en plus vite.

Ou tu t’adaptes ou tu crèves.

Fini le temps où tu pouvais rester assis sur ton cul en te disant: «C’est comme ça que ça s’est toujours fait et c’est comme ça que ça continuera de se faire...»

LES TRAINS À VAPEUR

Vous trouvez ça dur, messieurs les chauffeurs de taxi?

Parlez aux disquaires, aux propriétaires de clubs vidéo, aux agents de voyages, aux câblodistributeurs, aux compagnies de téléphone, aux détaillants, aux commerçants, aux propriétaires immobiliers spécialisés dans la location d’espaces commerciaux — ces entrepreneurs ont tous été frappés de plein fouet par l’arrivée d’Internet et des médias sociaux.

On peut maintenant parler à un cousin qui habite à l’autre bout du monde sans payer un sou à une compagnie de téléphone. Des institutions qui nous apparaissaient incontournables sont devenues obsolètes en quelques jours.

C’est plate à dire, mais bientôt, vos permis ne vaudront plus rien.

On peut maintenant devenir journaliste, éditeur, réalisateur, producteur ou Roi du commerce au détail avec seulement un ordinateur et un téléphone intelligent.

Comme l’a écrit ma collègue Nathalie Elgrably-Lévy: «Aurait-on dû empêcher l'électrification des villes afin de sauver l'emploi des allumeurs de réverbères? Aurait-on dû détruire les trains électriques pour sauver les trains à vapeur?»

L’EXEMPLE DE TAXI DIAMOND

Taxi Diamond a réagi à la popularité grandissante d’Uber en proposant elle aussi une application permettant aux usagers de noter leur chauffeur et de payer leur course sans sortir d’argent ou de carte de crédit.

Bravo!

Bientôt, il y aura des applications permettant à des foodies de se donner rendez-vous chez un pur étranger pour partager une bonne bouffe.

Comment réagiront les restaurants?

Le monde change. C’est une réalité incontournable.

Et ça ne sert strictement à rien de se raccrocher au «bon vieux temps»...

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.