/news/politics
Navigation

Finances: le plan de Stephen Harper ne fonctionne pas, affirme le NPD

Nathan Cullen
REUTERS Nathan Cullen

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – La révision à la baisse des prévisions budgétaires du gouvernement conservateur par le bureau du directeur parlementaire du budget (DPB) fait dire au NPD que le «plan d’action de Stephen Harper ne fonctionne pas».

L’opposition officielle note ainsi que le gouvernement Harper risque de rater sa cible d’équilibrer le budget fédéral cette année.

«Voilà encore une preuve que le plan de Stephen Harper ne fonctionne pas: le PIB est en train de chuter, le secteur privé continue de perdre des emplois et la dette des ménages atteint des niveaux record», a déploré le porte-parole du NPD en matière de finances, Nathan Cullen.

«La marque de commerce des conservateurs, c’est de tenter d’équilibrer le budget en mettant la hache dans les services essentiels aux Canadiens. Ils n’ont même pas été capables d’y arriver et vont léguer un autre budget déficitaire aux Canadiens», a continué M. Cullen.

«Ce sont les Canadiens qui paient pour l’incompétence des conservateurs. Les familles travaillent de plus en plus fort, mais leur situation continue de se détériorer», a ajouté M. Cullen.

Le ministre des Finances, Joe Oliver, avait prévu dans son budget de 2015 des excédents budgétaires de 1,4 milliard $ en 2015-2016, de 1,7 milliard $ en 2016-2017 et de 2,6 milliards $ en 2017-2018.

Or, le rapport du DPB, publié mercredi, prévoit plutôt un déficit de 1 milliard $ cette année, et des surplus de 0,6 milliard $ en 2016-2017 et de 2,2 milliards $ en 2017-2018.

Au bureau du ministre premier ministre Harper, on affirme que le gouvernement demeure «sur la bonne voie» quant à l’équilibre budgétaire cette année, précisant que le Canada a affiché un surplus de 3,9 milliards $ pour les mois d’avril et de main.

Rob Nicol, porte-parole du premier ministre Harper, a attaqué le chef du NPD, Thomas Mulcair, signalant qu’il propose des «politiques axées sur des impôts élevés et une lourde dette».

«Contrairement à Justin Trudeau, nous savons que les budgets ne s’équilibrent pas d’eux-mêmes. Nous avons prévu, dans le budget, une marge de manœuvre pour tenir compte de la faiblesse persistante de l’économie mondiale», a ajouté M. Nicol.

Stephen Harper
Nathan Cullen
Kevin King/Winnipeg Sun