/misc
Navigation

Nos auteurs

CA_Patrick-DésyMathieu Turbide

Vin-dredi! Bulles: Benjamin Bridge Vs. Champagne

Coup d'oeil sur cet article

Jean-Benoit Deslauriers, œnologue chez Benjamin Bridge, aime bien observer comment ses vins se comportent face aux meilleures bulles du monde.

À l’occasion d’une rencontre réunissant Jean-Benoît et certains collègues de presse/sommeliers (Jessica Harnois, Véronique Rivest, Geneviève Thibault, Robert Noël), il s’est amusé à aligner trois de ses vins contre trois champagnes d’excellent niveau. 

Pour en savoir plus sur ce domaine situé aux abords de la Baie de Fundy, en Nouvelle-Écosse, je vous invite à aller lire mon papier publié samedi dernier dans le Journal de Montréal. Sans  aller jusqu’à dire que c’est le prochain eldorado des vins effervescents canadiens, force m’est d’admettre que la qualité de la production et plus qu’étonnante!

 Les vins ont été dégustés en semi-aveugle, c’est-à-dire que nous connaissions leur identité, mais pas l’ordre de service. Coup de chance, j’ai identifié correctement tous les vins! Voici mes impressions.

1. Benjamin Bridge, Brut 2008, Nouvelle-Écosse (49,95$ - Code LCBO 381533)
Nez de bonne distinction évoquant les fruits blancs, la pomme verte, le citron frais, avec en arrière-plan un côté lacté rappelant la crème fraîche. Bouche pleine, tendue, vineuse, puissante en finale avec une rétro longue, sur les amers. Le vin m’a semblé jeune et fougueux. Il devrait gagner en définition. Il a, cela dit, fait un magnifique accord avec les huîtres de Caraquet offertes par Robert Noël, l’un des meilleurs sommeliers des Maritimes. Disponible en octobre à la SAQ. Cépages : 42% acadie, 40% seyval, 10% pinot noir, 8% chardonnay.
16-16,5/20 

2. Jérôme Prévost, La Closerie Les Béguines Extra-Brut, Champagne (non disponible)
On perçoit un côté grillé apportant de la noblesse au vin. Suivent des parfums de bonne intensité rappelant l’abricot mûr et le zeste de lime. Bouche pleine, presque explosive, vineuse devenant aérienne, pleine et qui gagnera beaucoup en finesse à l’aération. Lui aussi, très jeune, il devrait se bonifier. Excellent. Cépage : 100% pinot meunier.
16,5-17/20 

3. Agrapart, Terroirs Blanc de Blancs Extra-Brut, Champagne (69$ - Code SAQ 12437007) 
Le nez faisant le plus « Champagne » à mon sens. Des tonalités classiques de brioche, de crème et de citron frais. Bouche finement ciselée, aérienne, devenant grasse, avec une tension moins prononcée. Longueur intéressante, mais complexité en retrait. Cépage : 100% chardonnay.
16,5-17/20 

4. Benjamin Bridge, Blanc de Blancs 2004 Brut, Nouvelle-Écosse (275$ - non disponible)
Nez superbe, fin et complexe: citron confit, iode, menthe, agrumes, pêche. La bouche montre une grande densité, une texture ample, l’acidité paraît haute et la finale s’étire longuement sur une un registre aromatique complexe tout en laissant une impression sèche. L’équilibre entre la structure et l’aromatique est là, pas de doute, mais il lui manque encore quelques années pour gagner en patine et en finesse. Devrait donner une grande bouteille. Une grande surprise. Cépage : 100% chardonnay.
17,5-18/20 

5. Cédric Bouchard, Inflorescence La Parcelle Brut, Champagne (100$ Code SAQ 11990425
Un nez plus festif, mais aux parfums classiques qui rappellent un style à « l’Anglaise ». Joli rancio, très léger et donnant de l’aile à des parfums d’amande, de brioche, d’agrume et de cerise. Ample en attaque, la texture paraît riche, l’acidité est basse avec, en même temps, un côté soyeux, presque crémeux. Finale qui gagne en définition et qui s’étire par couche. Charme et race indéniables. Mon préféré avec le no. 4. Cépage : 100% pinot noir.
17,5-18/20 

6. Benjamin Bridge, Brut Reserve 2008, Nouvelle-Écosse (74,50$ - non disponible)
Nez le plus timide. On devine un caractère minéral, salin rappelant les coquillages chauds. Suivent des parfums de citron frais avec, en filigrane, des notes végétales de menthe et de basilic. En bouche, l’acidité paraît marquée, la matière pleine, le tout laissant  une impression rectiligne qui demande un peu de temps pour s’affiner. Finale moins aboutie, mais qui reste fraîche, sèche et intéressante. Disponible en octobre à la SAQ. Cépages : 61% chardonnay, 39% pinot noir.
16-16,5/20