/news/health
Navigation

Concordia défend l’amiante

L’université publie un document stipulant que l’opposition au chrysotile est basée sur des émotions

Concordia défend l’amiante
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

L’Université Concordia est vertement critiquée par 11 médecins et scientifiques pour la publication d’un rapport qui va à l’encontre des avis scientifiques sur les dangers de l’amiante en concluant que l’opposition du Québec au chrysotile est basée sur des émotions et non sur la science.

«C’est un document de propagande pour l’industrie de l’amiante, mais il est publié et promu comme un rapport universitaire impartial par un centre d’excellence, c’est honteux et inacceptable», dénonce Kathleen Ruff, conseillère en santé à l'Institut Rideau, à Ottawa.

Mme Ruff a adressé une lettre de plainte au recteur de l’université. Ce rapport «déshonore l’université», écrivent les 11 signataires, dont le Dr Ray Bustinza, de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

«Qu’une université soit à l’aise avec ça... Ça entache sa crédibilité pour des années», complète l’ex-ministre de l’Environnement Daniel Breton. M. Breton est celui qui a cloué le cercueil de l’industrie de l’amiante au Québec en 2012, en annulant un prêt de 58 M$ pour la relance de la mine Jeffrey, à Asbestos.

« Prétendues victimes »

D’après le rapport qu’a publié sur son site l’École de gestion John Molson de Concordia, cette décision n’aurait pas été motivée par des preuves scientifiques, mais par des militants émotifs utilisant de «prétendues victimes» pour convaincre.

«Une opposition bien ancrée sur des sentiments ne se laisse que très rarement influencer par la logique ou les faits, et cette expérience au Québec en a été la preuve», écrit l’auteur, John Aylen, qui n’est pas un chercheur, mais bien un chargé de cours, et qui dirige un cabinet de relations publiques.

En ne fournissant aucune source scientifique, M. Aylen insiste: «Il existe maintenant des preuves scientifiques solides que l’amiante peut être manipulé en toute sécurité.»

Pourtant, Santé Canada et l’INSPQ sont formels: il n’existe aucun seuil d’exposition minimal à l’amiante qui garantisse la sécurité des personnes. De fait, l’Organisation mondiale de la santé recommande «de mettre fin à l'utilisation de tous les types d'amiante».

Conflit d’intérêts

C’est sur cette base que M. Breton a convaincu Québec d’annuler le prêt pour la relance de la mine Jeffrey, qui devait être accordé à la firme Balcorp dirigée par Baljit Chadha.

Grand donateur à l’École de gestion John Molson de Concordia, M. Chadha a des liens étroits avec l’auteur du rapport. Son entreprise est cliente de John Aylen Communications.

En préambule de son rapport, M. Aylen remercie d’ailleurs M. Chadha pour «son soutien sans réserve». Il lui accole un nom fictif, «Barry Smith», mais précise que M. Smith dirigeait le consortium qui a tenté d'acheter et de relancer l’exploitation de la mine Jeffrey. Une précision qui ne laisse aucun doute sur la véritable identité de M. Smith. M. Aylen n’a pas répondu à la demande d’entrevue du Journal.

« C’est l’amiantose qui l’a tuée »

Diane Turcotte-Tassé a été emportée par l’amiantose en 2013 après avoir travaillé durant 23 ans dans une bâtisse contaminée.
Photo courtoisie
Diane Turcotte-Tassé a été emportée par l’amiantose en 2013 après avoir travaillé durant 23 ans dans une bâtisse contaminée.

Roger Tassé, dont l’épouse Diane Turcotte-Tassé a été emportée par l’amiantose en juin 2013, n’en revient pas qu’une université puisse encore aujourd’hui publier un rapport à la défense de l’amiante.

«Ma femme était en bonne santé, elle mangeait bien, elle n’avait pas de diabète, pas de tension, rien de tout ça. C’est l’amiantose qui l’a tuée», tempête-t-il.

«Qu’est-ce qui est plus crédible? Des médecins ou un “joblo” dans son bureau d’université?» poursuit le veuf en colère. Sa fille Josée n’a pu retenir un sanglot. «Ça vient nous brasser», a-t-elle soufflé au Journal.

M. Tassé craint que les lobbyistes pro-amiante utilisent le document de Concordia contre les victimes. «Ils vont s’en servir, je présume, contre les gens qui font des demandes à la CSST. C’est affreux», gronde-t-il.

Dans les murs

Malgré l’appui des médecins, M. Tassé a dû se battre pendant plus de deux ans avant que la CSST et la Commission des lésions professionnelles reconnaissent que sa femme est morte en raison de son exposition à l’amiante en milieu de travail.

Le produit était présent dans les murs de la cafétéria de la polyvalente Louis-Joseph Papineau où Mme Turcotte-Tassé a travaillé pendant 23 ans, en Outaouais.

L’Université Concordia se défend de tout conflit d’intérêts et maintient le rapport sur son site.

«Les donateurs n’ont pas de droit de regard sur nos recherches. On a un comité d’éthique», soutient Jordan LeBel, directeur du Centre d’excellence Luc Beauregard de recherche en communication de Concordia, qui a financé le document.

Le Pr LeBel souligne que les opinions exprimées par l’auteur, M. Aylen, lui sont propres et ne reflètent pas nécessairement celles du centre de recherche.

«On ne se positionne pas sur l’impartialité et l’excellence», précise-t-il.

► L’amiante reste la première cause de décès lié au travail au Québec.