/lifestyle/columnists
Navigation

C’est difficile de sortir de la norme générale

Coup d'oeil sur cet article

Dernièrement, alors que je prenais une marche sur une voie piétonnière, j’ai rencontré un jeune homme qui portait un pantalon capri avec une jupe par-dessus. Je parle rarement aux étrangers, mais je n’ai pas pu m’empêcher de le féliciter, en ajoutant que porter une jupe pour moi a toujours été l’objet d’un désir profond, mais que la société ne l’acceptant malheureusement pas, je me suis toujours abstenu de le faire. J’ai loué son courage.

Comme écrit dans le Journal ce matin, pourquoi traite-t-on ce jeune homme qui veut porter une jupe à l’école de «travesti», quand on permet sans problème aux jeunes filles de se présenter en pantalon et veston? Cela signifie que la société est encore aussi intransigeante et arriérée qu’elle l’était au moment où les femmes ont commencé à porter le pantalon. C’est quoi le problème? De quoi a-t-on peur? Si un jeune homme veut porter une jupe il se fera inévitablement traiter de travesti ou recevra d’autres remarques homophobes. Pourquoi retirer à des personnes généralement douces et sans violence, leur droit de faire ce qu’elles aiment? N’est-ce pas un peu surprenant dans une société qui se dit évoluée?

Claude

Tant que la pratique du port de la jupe par l’homme restera marginale, il est peu probable que la société se montre encline à l’accepter. Ça prend le coup de force d’un groupe mobilisé pour renverser des préjugés de cet ordre. Surtout qu’on s’attaque ici au principal symbole vestimentaire du mâle. Dire que les Grecs anciens la portaient avec grâce, tout comme les Écossais de nos jours dans les évènements officiels.