/news/currentevents
Navigation

Emportés par leur passion

Les deux jeunes Québécois seraient morts dans une avalanche lors d’un trekking

Louis-Vincent Lessard (à gauche) et Étienne Lemieux ont été vus pour la dernière fois le 6 juillet, à Queenstown, en Nouvelle-Zélande. Ce jour-là, ils avaient englouti un hamburger, la veille de leur randonnée sur la Kepler Track.
Photo facebook Louis-Vincent Lessard (à gauche) et Étienne Lemieux ont été vus pour la dernière fois le 6 juillet, à Queenstown, en Nouvelle-Zélande. Ce jour-là, ils avaient englouti un hamburger, la veille de leur randonnée sur la Kepler Track.

Coup d'oeil sur cet article

Les deux Québécois qui auraient été emportés par une avalanche en Nouvelle-Zélande ont rendu leur dernier souffle en faisant ce qu’ils aimaient le plus au monde, selon leurs proches.

«Deux amis exceptionnels, deux hommes exemplaires, deux amoureux du plein air emportés par leur passion», a résumé leur ami Edmund Leduc, encore atterré par la triste nouvelle.

Les autorités néo-zélandaises n’avaient toujours pas confirmé hier que les deux corps retrouvés dans les débris d’une avalanche survenue près de la Kepler Track étaient bel et bien ceux d’Étienne Lemieux et de Louis-Vincent Lessard, disparus depuis le 7 juillet. Ce jour-là, les deux hommes prévoyaient s’aventurer sur ce sentier alpin le temps d’une randonnée de quelques jours.

Étienne Lemieux, lors d’une randonnée plus tôt durant leur voyage.
Photo facebook
Étienne Lemieux, lors d’une randonnée plus tôt durant leur voyage.

Adieux

Hier, l’heure était aux adieux pour les proches des voyageurs de 23 ans, qui ne se faisaient pas d’illusion.

«Le mot triste n’est tout simplement pas suffisant pour qualifier ma peine en ce moment, mon cœur est en mille morceaux, a confié l’ami d’enfance de Louis-Vincent, Phil Vincent. Il est parti beaucoup trop tôt, avec un avenir si prometteur, mais au moins, chose certaine, il est parti en vivant sa vie au maximum et en faisant ce qui le passionnait le plus.»

Étienne et Louis-Vincent étaient des inséparables, selon leurs amis. Ils étaient «les boules d’énergie» de leur cohorte de design industriel de l’Université de Montréal.

«Vous laissez un trou béant dans la vie de tous ceux que vous avez côtoyés, mentionne Sophie à propos de ses deux camarades de classe. Tellement de frustration et d’incompréhension... Je suis sans mots. Quelle nouvelle atroce!»

Les deux voyageurs s’entassaient dans cette tente durant leurs nuits de camping hivernal en Nouvelle-Zélande.
Photo facebook
Les deux voyageurs s’entassaient dans cette tente durant leurs nuits de camping hivernal en Nouvelle-Zélande.

Passions communes

Une autre collègue de classe, Amélie, raconte que les deux jeunes hommes partageaient les mêmes passions. Celle du design, mais aussi celle de l’aventure, du plein air et du sport.

Les deux camarades avaient la piqûre pour les montagnes. Étienne était déjà allé à Machu Picchu, au Pérou. Quant à Louis-Vincent, il avait notamment gravi le mont Lafayette, au New Hampshire, et sa passion pour le ski l’avait amené à explorer les sentiers des Alpes françaises.

Les deux corps retrouvés près de la Kepler Track ont été amenés hier dans la ville de Invercargill. Des échantillons d’ADN ou encore des fiches dentaires seront nécessaires pour confirmer qu’il s’agit bel et bien des deux voyageurs.

Une fois identifiés, ils devraient être renvoyés au Canada dans quelques jours, ont indiqué les autorités néo-zélandaises.