/news/transports
Navigation

De plus en plus de délinquants sur les chantiers

Les radars photo installés sur les chantiers ont permis d’épingler près de 50 000 automobilistes en 2014

Les automobilistes ont de plus en plus le pied pesant en traversant une zone de travaux. C’est ce que montrent des statistiques de Transports Québec sur le nombre d’amendes pour excès de vitesse distribuées grâce aux radars photo mobiles installés sur les chantiers.
Photo Le Journal de Montréal, Ben Polosse Les automobilistes ont de plus en plus le pied pesant en traversant une zone de travaux. C’est ce que montrent des statistiques de Transports Québec sur le nombre d’amendes pour excès de vitesse distribuées grâce aux radars photo mobiles installés sur les chantiers.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré des amendes doublées et des campagnes de sensibilisation répétées, le nombre d’automobilistes qui se font épingler pour excès de vitesse sur un chantier a explosé depuis deux ans.

Des données obtenues par Le Journal montrent en effet que les radars photo mobiles installés sur les chantiers de la province ont permis d’épingler un nombre record de délinquants de la route l’an dernier, soit près de 50 000.

L’année de leur implantation, en 2012, 10 259 fautifs ont reçu un ticket par la poste après qu’un des sept radars

mobiles de Transports Québec eut capté leur numéro de plaque. L’année suivante, le nombre de radars est passé à 12, ce qui a permis de remettre 30 825 amendes.

Moins de radars, plus de tickets

Le problème, c’est que même si l’on n’a installé que six radars mobiles l’an dernier, le nombre d’infractions a grimpé à 49 898.

«En 2012, les radars avaient été installés plus tard, soit en août», nuance le porte-parole de Transports Québec Mario St-Pierre. Reste qu’il s’agit d’une augmentation pour le moins importante, constate-t-il.

Deux «trappes à tickets» ont particulièrement fait gonfler les statistiques en 2014. Sur un chantier situé sur l’autoroute 40, à Kirkland, 17 091 automobilistes ont eu le pied trop pesant et ont déclenché le radar photo. La même année, pas moins de 21 038 personnes ont roulé trop vite entre les cônes orange du chantier de l’autoroute 640, à Boisbriand.

« Le message ne passe pas »

«On n’arrête pas de dire qu’il faut ralentir sur un chantier. Mais c’est évident que le message ne passe pas», déplore Jean-François Dionne, président de l’Association des travailleurs en signalisation routière du Québec.

Ce dernier croit que même si les amendes sont envoyées par la poste, il faudrait trouver un moyen d’identifier les conducteurs responsables des excès de vitesse afin de leur remettre des points d’inaptitude.

«Parce que, pour l’instant, les automobilistes semblent se foutre complètement des radars mobiles, dit-il. Il faut croire que la punition n’est pas encore assez grande.»

En inscrivant des points à leur dossier, insiste-t-il, le montant à payer pour renouveler leur permis de conduire grimperait, au même titre que leurs assurances.

«Tout le monde y penserait à deux fois avant de “clencher” sur un chantier!»

Nombre d’infractions enregistrées par les radars photo sur les chantiers

  • 2014: 49 898 infractions

  • 2013: 30 825infractions

  • 2012: 10 259infractions

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.