/entertainment/tv
Navigation

Sous un ciel variable

Coup d'oeil sur cet article

L’été, dresser un bilan télé, c’est un peu comme regarder les prévisions météo: pour certaines émissions, le ciel est bleu et les oiseaux gazouillent, mais pour d’autres, c’est nuageux avec risque d’orage. Nous avons analysé les performances de 9 rendez-vous phares des grands réseaux. Sous quelle sorte de ciel ont-ils passé la première moitié de saison: ensoleillé, variable ou nuageux?

Nuageux

Les Chefs !

ICI Radio-Canada Télé

Photo d'archives

Ça sent la soupe chaude aux Chefs. Les nombreux changements apportés au rendez-vous (animatrice, formule, juges) semblent avoir rebuté les épicuriens. À pareille date l’an dernier, le concours culinaire affichait une moyenne confirmée de 930 000 téléspectateurs le lundi soir. Cet été, ce nombre a fondu à 699 000, une régression de 25 %. En télévision, c’est énorme. «Le concept s’est essoufflé», note Martine Mailly, vice-présidente et chef des investissements chez Dentsu Aegis Network. L’émission conserve toutefois sa place parmi les cinq titres les plus regardés cet été, note Francine Marcotte, vice-présidente et directrice de Cossette Média. «Ce qu’on dit, c’est qu’on sentirait moins la chimie dans l’équipe», ajoute-t-elle.

Ensoleillé

125, Marie-Anne

Télé-Québec

Télé-Québec a bien fait de changer 125, Marie-Anne de soirée quand Radio-Canada a décidé de programmer Pénélope McQuade et Jean-Luc Mongrain le dimanche. L’an dernier, le talk-show de Christiane Charette attirait 125 800 fidèles le dimanche soir. Cet été, 125, Marie-­Anne rallie 127 400 téléspectateurs le vendredi. En incluant les reprises, le rendez-vous rejoint en moyenne 220 700 personnes par semaine. L’émission a fait parler d’elle à plusieurs reprises au cours des deux derniers mois, notamment en raison du face-à-face entre Gabriel Nadeau-Dubois et Lucie Laurier à propos du mouvement indépendantiste.

Pénélope McQuade

ICI Radio-Canada Télé

Photo d'archives

Pénélope McQuade continue de grimper dans les cotes d’écoute. Et pour cause. L’animatrice semble avoir trouvé le bon équilibre entre rigolade et entrevues de fond. La présence occasionnelle de coanimatrices invitées (seuls les hommes étaient admis lors des saisons précédentes) insuffle une énergie différente au talk-show, qui attire quotidiennement 477 000 téléspectateurs, une hausse significative de 10 % par rapport à 2014.

Juste pour rire en direct

TVA

Présenté du 29 juin et 24 juillet, Juste pour rire en direct a continué à bien faire dans les sondages malgré son heure de diffusion tardive (du lundi au vendredi à 22 h 35). Le rendez-vous de Patrick Groulx a rallié une moyenne de 311 500 spectateurs, une augmentation d’environ 2 % par rapport à 2014.

Sucré salé

TVA

Photo d'archives

L’arrivée de Patrice Bélanger aux commandes de Sucré salé (en remplacement de Guy Jodoin, animateur des 13 premières saisons) semble avoir stimulé ses cotes d’écoute. Avec 674 300 téléspectateurs en moyenne, le rendez-vous estival de TVA enregistre une augmentation de 6 % par rapport à 2014. Pour une émission qui roule depuis aussi longtemps, on peut parler de victoire. Les fidèles de Sucré salé se sont visiblement bien adaptés au style d’animation de Patrice Bélanger, qui réussit à mettre à l’aise tous ses invités. Notons aussi les reportages rythmés des collaborateurs, qui participent au succès du vétéran rendez-vous.

La Petite séduction

ICI Radio-Canada Télé

Malgré ses 10 saisons bien sonnées, La Petite séduction ne montre aucun signe d’essoufflement. Côté cotes d’écoute, les virées régionales de Dany Turcotte et compagnie rassemblent 586 700 fidèles les mercredis soir, une hausse de 6 % par rapport à l’an dernier. En incluant la reprise du samedi, on parle d’une moyenne hebdomadaire de 825 600 téléspectateurs. Le retour du rendez-vous pour une 11e saison paraît plus que probable. «L’été, quand une émission attire entre 400 000 et 700 000, les diffuseurs sont habituellement très contents», affirme Francine Marcotte, de Cossette Média.

Viens-tu faire un tour ?

ICI Radio-Canada Télé

 

Photo d'archives
Radio-Canada a bien fait de jumeler McQuade-Mongrain et Viens-tu faire un tour? le dimanche soir. Les cotes d’écoute des balades en voiture de Michel Barrette rassemblent en moyenne 613 900 téléspectateurs, une hausse de 11 % par rapport à 2014. Au cours des prochaines semaines, l’animateur et humoriste roulera avec Sugar Sammy, Mireille Deyglun, Roch Voisine, Jean-François Breau, François Massicotte et Rémi-Pierre Paquin.

Ciel variable

Par ici l’été

ICI Radio-Canada Télé

Photo d'archives

La question que tout le monde se pose est: «Les cotes d’écoute de Stéphane Bellavance sont-elles supérieures à celles de Marie-Josée Taillefer et Marc Hervieux?» Réponse: Légèrement. L’an dernier, Cap sur l’été attirait 151 700 téléspectateurs en fin d’après-midi. Cette année, Par ici l’été obtient les faveurs de 156 100 Québécois. Francine Marcotte, de Cossette Média, qualifie ces résultats de «satisfaisants». Même son de cloche du côté de Martine Mailly, de Dentsu Aegis Network. «L’auditoire est limité pour les émissions de jour, particulièrement durant la saison estivale, note Mme Mailly. Quand il fait beau, les gens sortent.»

Virages

TVA

 

Photo d'archives

La première saison de Virages a attiré une moyenne de 661 700 téléspectateurs le lundi soir à TVA, avec un taux d’enregistrement d’environ 17 %. Présentées en juin, les confidences de Lise Dion ont été celles qui ont piqué la curiosité du plus grand nombre de Québécois: 781 000 étaient au rendez-vous ce soir-là. «Ce sont de bons chiffres», souligne Martine Mailly, de Dentsu Aegis Network. L’auditoire des rencontres intimes de Marie-Claude Barrette a toutefois fléchi en deuxième moitié de saison quand elles n’étaient plus précédées par Les 400 coups! de Philippe Bond à 20 h. N’empêche, Virages a gagné toutes ses batailles (sauf une) contre Pénélope McQuade.

Parts de marché Top 5

  1. TVA (21,8 %)
  2. ICI Radio-Canada Télé (10,8 %)
  3. V (7,2 %)
  4. Télé-Québec (3,7 %)
  5. Séries+ (3,7 %)

Été satisfaisant au Québec, mais médiocre aux É.-U.

Alors qu’aux États-Unis les médias parlent beaucoup de piètres performances des émissions d’été américaines, au Québec, tout semble être au beau fixe. Selon les chiffres fournis par Martine Mailly, vice-présidente et chef des investissements chez Dentsu Aegis Network, les téléspectateurs québécois regardent en moyenne 25,4 heures de télévision par semaine cet été, une hausse d’environ 60 minutes par rapport à 2014.

Bien entendu, ce nombre est inférieur à ceux enregistrés en saison régulière. Au printemps, Numéris évaluait l’écoute hebdomadaire moyenne à 30 heures. «C’est toujours comme ça, insiste Martine Mailly. L’été, les gens sont en vacances. Ils ne sont pas chez eux, assis dans leur salon; 2015 n’est pas différente des autres années.»

Inquiétudes au sud

Chez nos voisins du sud, par contre, la situation paraît beaucoup plus dramatique. La semaine dernière, le Hollywood Reporter publiait un article intitulé «How low can summer TV ratings go?» dans lequel il s’inquiétait des auditoires faméliques des émissions originales des grands réseaux. L’exemple le plus criant est certainement Knock Knock: Live, un jeu piloté par Ryan Seacrest que FOX a retiré des ondes après seulement deux semaines. Sa première émission n’avait rallié que 1 750 000 téléspectateurs, un record de médiocrité pour FOX.

Les exemples semblables pleuvent aux autres stations, à commencer par Welcome to Sweden, que NBC a rapidement annulée. Citons également Hannibal, la série mettant en vedette Caroline Dhavernas, que NBC a déménagée le samedi après avoir annoncé qu’elle n’aurait pas de quatrième saison.

Prudence

Au Québec comme aux États-Unis, l’été demeure un «entre-deux», indique Francine Marcotte, vice-présidente et directrice de Cossette Média. «C’est une saison tampon, dit-elle. Avec les enjeux financiers des dernières années, pour un diffuseur, ce n’est pas la bonne saison pour investir beaucoup d’argent en programmation et développer quelque chose de nouveau.»