/news/green
Navigation

États-unis : la saison 2015 des ouragans inférieure à la normale dans l’Atlantique

Hurricane Marie is pictured just west of Socorro Island, Mexico in the Eastern Pacific in this NASA satellite handout photo
Photo d'archives Reuters

Coup d'oeil sur cet article

Il y a 90 % de probabilité que la saison 2015 des ouragans dans l’Atlantique soit moins active que la normale jusqu’à sa conclusion fin novembre, selon les dernières projections jeudi du Centre américain de prévisions du climat.

Les premières projections annoncées en mai faisaient état de 70 % de chances d’avoir une saison avec un nombre de tempêtes tropicales et d’ouragans inférieur à la moyenne, a rappelé le Centre qui dépend de l’Agence océanique et atmosphérique (NOAA).

Ce niveau de 90 % de probabilité est le plus élevé avancé par la NOAA depuis le début de ces projections saisonnières en 1998.

Selon cette projection actualisée, il y a 70% de chance que de six à dix tempêtes tropicales se produisent durant toute la saison qui débute en juin, que 1 à 4 se transforment en ouragan et le centre ne prévoit pas plus qu’un cyclone de grande puissance.

Initialement les spécialistes avaient prédit de 6 à 11 tempêtes, de 3 à 6 ouragans et au maximum 2 cyclones de grande puissance.

Pendant une saison normale sur la période de 1981 à 2010 on comptait en moyenne douze tempêtes tropicales par an, dont six atteignent la force d’un ouragan. Parmi celles-ci, trois étaient de grande puissance, allant de la catégorie 3 à 5 avec des vents d’au moins 178 km/h.

Depuis le début de cette année, trois tempêtes tropicales se sont produites. Deux ont frappé le sol américain dont Ana en mai en Caroline du Sud et Bill en juin au Texas. Quant à la troisième Claudette, elle n’a pas touché les terres. Ana avait un peu d’avance sur la saison qui commence officiellement le 1er juin et se finit le 30 novembre.

Mais cette projection de faible activité, ne veut pas dire pour autant que «des tempêtes tropicales et des ouragans ne peuvent pas se produire et frapper les États-Unis», a souligné Gerry Bell, le principal prévisionniste de la saison des ouragans de la NOAA lors d’une conférence de presse téléphonique.

«Le public vivant le long de la côte Atlantique et dans le golfe du Mexique devrait se tenir prêt et rester vigilant, plus particulièrement maintenant que nous sommes dans les mois les plus forts de la saison», a-t-il suggéré.

Ces météorologues ont attribué cette forte probabilité d’une saison très calme principalement aux effets atmosphériques du courant chaud équatorial du Pacifique, El Ni√±o qui s’est intensifié comme prévu. Il devrait aussi continuer à être fort pour le restant de la saison.

Ce courant crée un phénomène de cisaillement des vents qui désamorce la formation des ouragans, a expliqué Gerry Bell.

En outre, la NOAA prévoit des températures au-dessous de la normale en moyenne à la surface des eaux tropicales de l’Atlantique, nettement plus froides que dans l’ensemble des tropiques.

Des eaux plus chaudes favorisent la formation de tempêtes.