/news/consumer
Navigation

L’aspartame remplacé dans le Pepsi diète aux États-Unis

Aspartame
Photo Facebook, Pepsi Le pepsi diète vendu aux États-Unis contiendra désormais du sucralose au lieu de l’aspartame.

Coup d'oeil sur cet article

Pepsi abandonne l’aspartame qui effraie les consommateurs américains, mais ne compte pas en faire autant au Canada.

«Les buveurs de cola diète aux États-Unis nous ont dit qu’ils voulaient un Pepsi diète sans aspartame et nous leur livrons», a indiqué Seth Kaufman, vice-président senior chez PepsiCo.

L’entreprise a autorisé l’envoi de ses nouvelles boissons sur les tablettes des épiceries américaines lundi.

Tous les Pepsi diète, Pepsi diète sans caféine et Pepsi diète à la cerise (en vente seulement aux États-Unis) contiendront dorénavant un édulcorant appelé sucralose.

La molécule, dérivée du sucre, serait considérée par certains consommateurs comme moins dangereuse pour la santé.

L’aspartame est au cœur d’une controverse depuis que certaines études ont indiqué qu’il pouvait être cancérigène. Ces études ne sont toutefois pas soutenues par la communauté scientifique.

Les amateurs de Pepsi ne pourront cependant pas acheter ces boissons sans aspartame au Canada.

«Les consommateurs au Canada adorent le Pepsi diète comme il est aujourd’hui, a indiqué Sandy Lyver, de PepsiCo Beverages Canada. Il n’y a donc pas de changements aux boissons colas pour l’instant.»

Relancer ses ventes

Pour certains scientifiques québécois, il s’agit surtout là d’une stratégie marketing pour relancer les ventes qui sont à la baisse.

«Les boissons sucrées ont mauvaise presse en ce moment. Et les compagnies adoptent des moyens pour conserver leur clientèle», dénonce Corinne Voyer, directrice de la Coalition québécoise sur la problématique du poids.

Entre 2000 et 2012, les Canadiens ont diminué de 30 % leur consommation de boisson gazeuse, selon Statistique Canada.

Pour Michel Lucas, épidémiologiste et nutritionniste au centre de recherche du CHU de Québec, la stratégie de Pepsi­ qui vise à rassurer les Américains n’aurait pas vraiment de fondements scientifiques.

Aucune étude

«Il est impossible de savoir si le sucralose est meilleur pour la santé pour l’instant. Il n’existe aucune étude de long terme sur les effets des édulcorants sur l’humain», explique le chercheur.

Même si Santé Canada autorise leur consommation, il avoue qu’«on nage un peu en eau libre».

Pour Corinne Voyer, qu’importe le type d’édulcorant, il faut éviter ce genre de boisson, car il entretient la dépendance au goût sucré.

 

Aspartame

L’aspartame est composé de deux acides aminés: l’acide aspartique et la phénylalanine. Une fois transformée par l’organisme, la substance produit une petite quantité de méthanol (un produit toxique), d’où les controverses à son sujet. 

Santé Canada précise cependant que ces controverses ne sont pas fondées. 

«Une tasse de jus de tomates produirait environ six fois plus de méthanol qu’une tasse de boisson gazeuse contenant de l’aspartame», écrit Santé Canada sur son site internet.

Limite journalière: 40 mg/kg de poids corporel.

 

Sucralose

Molécule modifiée qui provient du sucre.

Un gramme de sucralose est aussi sucré que 600 grammes de sucre de table.

Limite journalière: 9 mg/kg de poids corporel.