/news/green
Navigation

96 millions de balles de plastique pour protéger l’eau potable de Los Angeles

96 millions de balles de plastique pour protéger l’eau potable de Los Angeles
Facebook: Mayor Eric Garcetti

Coup d'oeil sur cet article

L’image a de quoi frapper l’imagination. Un camion-remorque déverse sa cargaison de dizaines de milliers de balles de plastique noir de 10 cm de diamètre, baptisée « shade balls » (littéralement « balles d’ombre »), dans un bassin d’eau potable de Sylmar, à Los Angeles.

Au total, 96 millions de ces balles de plastique ont été déversées dans le réservoir de 175 acres (708 200 m2).

L’ingénieux stratagème vise à protéger les réserves d’eau potable de la métropole des effets du soleil : en recouvrant la surface du bassin, les balles bloquent les rayons ultra-violets du soleil, limitant ainsi la prolifération d’algues néfastes et les réactions chimiques (sous l’effet des rayons du soleil, le bromure présent naturellement dans l’eau des nappes phréatiques réagit avec le chlore ajouté pour purifier l’eau, créant un composé cancérigène appelé bromate).

De plus, l’écran de balles permet de réduire l’évaporation de près de 300 millions de gallons (1,1 milliards de litres) annuellement, assez pour subvenir aux besoins en eau de 8100 personnes pour une année complète. Une minuscule goutte d’eau pour la ville, toutefois, dont la consommation a atteint 13,63 milliards de gallons (51,5 milliards de litres) en juin 2015 seulement (source : scpr.org). Mais avec l’importante sécheresse qui sévit depuis plusieurs années en Californie, toute économie est la bienvenue.

Mardi, le maire de Los Angeles, Eric Garcetti, a apporté la touche finale au projet en déployant les dernières 20 000 balles dans le réservoir.

 

Une économie de 250 millions $

Faites de polyéthylène, les balles ont une durée de vie estimée à 25 ans et ne requièrent pratiquement aucun entretien une fois mises en place, sinon une rotation occasionnelle. Leur coût de fabrication s’élève à 0,36 $ l’unité.

L’initiative représente un investissement de 34,5 millions USD (44,8 millions CAD). Selon le maire Garcetti, il s’agit d’une économie de plus de 250 millions, comparativement aux autres alternatives possibles, notamment l’installation d’un toit amovible de 800 m X 800 m au-dessus du bassin.


Sources : BloombergBusiness, Vox et lacity.org

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.