/news/society
Navigation

Des sinistrés de Lac-Mégantic expropriés

CANADA-TRAIN/
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Des sinistrés de Lac-Mégantic sont outrés d’avoir appris de la bouche d’un huissier ou d’un notaire que la Ville les expropriait pour de bon de leur terrain, deux ans après avoir tout perdu.

«C’est rire du monde, se faire chasser comme ça de chez nous, sans même que la Ville de Lac-Mégantic prenne la peine de nous expliquer ce qu’elle compte faire de notre terrain», dénonce André Veilleux, qui fait partie des expropriés.

C’est un notaire qui l’a contacté à la fin juillet pour lui transmettre l’avis d’expropriation d’un de ses terrains situés dans la zone rouge. C’est là qu’un convoi de 72 wagons-citernes transportant du pétrole brut a déraillé et provoqué un incendie qui a tué 47 personnes, le 6 juillet 2013.

Sans consultation

«La Ville a changé le zonage de mon terrain pour en faire un parc, sans même me consulter», déplore M. Veilleux.

Le gouvernement avait pourtant promis aux sinistrés qu’ils pourraient reprendre leur terrain une fois le sol décontaminé, insiste le notaire à la retraite, qui a écrit au ministère des Affaires municipales pour dénoncer la situation.

Québec a annoncé en février avoir terminé 90 % de la décontamination des sols de Lac-Mégantic.

M. Veilleux possédait un second terrain situé juste à côté du premier, qu’il a accepté à regret de céder à la Ville pour 90 % du montant de l’évaluation, il y a deux semaines.

« Insultant »

La famille de la victime la plus âgée de la tragédie ferroviaire, Éliane Parenteau, 93 ans, est elle aussi consternée. Jeudi, un huissier est allé cogner à la porte d’un membre de la famille pour lui remettre un avis d’expropriation.

«C’est choquant et insultant de se faire annoncer une nouvelle comme celle-là d’une façon aussi brutale», insiste un proche de la défunte, qui n’a pas souhaité être identifié.

Le 4 septembre prochain, la famille de Mme Parenteau devra officiellement céder le terrain où vivait la dame. «C’est là que se trouvent ses cendres. À nos yeux, une expropriation équivaut à la profanation d’un cimetière», se désole la famille.

La mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy Laroche, n’a pas rappelé Le Journal, dimanche.

 
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.