/opinion/columnists
Navigation

L’électrification des transports: quel beau défi!

Coup d'oeil sur cet article

Alors qu’il y a 2 ans à peine, le nom de Montréal était associé à une succession de mauvaises nouvelles et de révélations choquantes, force est d’admettre que la métropole est en train de connaître un nouvel élan. En effet, le maire Denis Coderre et son équipe ont réussi à recréer un esprit positif et cela se sent à plus d’un égard.

Alors qu’il y a 2 ans à peine, le nom de Montréal était associé à une succession de mauvaises nouvelles et de révélations choquantes, force est d’admettre que la métropole est en train de connaître un nouvel élan. En effet, le maire Denis Coderre et son équipe ont réussi à recréer un esprit positif et cela se sent à plus d’un égard.

Un de ces élans qui m’interpelle particulièrement est le chantier montréalais d’électrification des transports.

Véhicules en libre-service

En effet, il y a quelques semaines, monsieur le maire a lancé un «appel d’intérêt» international afin de faire en sorte que d’ici 5 ans, 1000 véhicules électriques en libre-service circulent dans les rues de la ville.

Si cet appel a été critiqué par certains, il n’en demeure pas moins que l’initiative est porteuse, car elle engage la métropole dans une nouvelle dynamique dans le domaine du transport collectif électrique. Les Communauto et Car2Go de ce monde ont accueilli plutôt froidement la nouvelle, considérant qu’ils faisaient très bien le boulot et que l’arrivée d’un troisième joueur risquait de mettre en péril leurs affaires.

Le transport par VLS électrique constituant l’avenir du transport collectif urbain, son succès passera obligatoirement par une approche progressive

Cette critique est valable. Cela dit, l’approche de la ville vis-à-vis ce projet est tout en ouverture et en humilité. Et il ne saurait être question de monopole. En effet, implanter un système qui fera en sorte que 1000 VLS électriques pourront circuler, se recharger et être gérés de façon viable et efficace relève de la nouveauté.

De plus, à la vitesse où les technologies associées aux véhicules électriques évoluent, il faudra que la ville et les joueurs soient vigilants, car sinon ils se retrouveront dépassés plus vite qu’il n’en faut pour dire «BlackBerry».

Le défi des bornes de recharge sera non négligeable. Installer 1000 bornes de 240 volts sur le territoire de Montréal est DÉJÀ une idée dépassée. Il faudra revoir l’approche quant aux types de bornes à installer.

Le transport par VLS électrique constituant l’avenir du transport collectif urbain, son succès passera obligatoirement par une approche progressive et collaborative avec les joueurs du domaine ET les utilisateurs.

Taxis électriques

Par ailleurs, Alexandre Taillefer est en train de mettre les bases de son projet de taxis électriques. Il vise aussi le chiffre de 1000. Pendant ce temps, des chauffeurs de taxi protestent contre la décision de l’aéroport de les obliger à conduire des taxis hybrides! Ces messieurs vont devoir s’adapter...

De son côté, la STM testera sous peu des autobus électriques alimentés par biberonnage. Cette technologie fort prometteuse constituera d’ici quelques années LA référence en matière d’autobus électrique. On parle ici d’une technologie qui est à des années-lumière des midibus utilisés à Québec jusqu’à tout récemment.

En juin 2016, Montréal accueillera le salon et colloque international EVS29 consacré à l’électrification des transports. Je suis d’avis qu’avec les projets qui sont en marche, Montréal pourra accueillir les invités de toute la planète avec fierté.

Disons-le, c’est le début de la fin pour le pétrole...

Enfin.