/sports/baseball
Navigation

Toronto vibre pour ses Blue Jays, comme en 1993

Un engouement qu’on n’avait pas vu depuis 1993

Bloc Stade, baseball
Photo Le Journal de Montréal, Pierre Durocher Les Blue Jays ont disputé leurs quatre derniers matchs à guichets fermés.

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Ça bourdonnait d’activités le week-end dernier à Toronto. Il y avait le volet féminin du tournoi de la Coupe Rogers, avec cette surprenante défaite de Serena Williams en demi-finale, de même que la clôture des Jeux parapanaméricains.

Mais dans les rues du centre-ville, c’est surtout du bleu qu’on apercevait. Une sorte de raz-de-marée de chandails aux couleurs des Blue Jays, qui sont redevenus le « talk of the town ».

Le Tout-Toronto vibre au rythme des résultats de son équipe de baseball depuis quelques semaines.

Il y a un véritable buzz pour les Blue Jays, qui se retrouvaient en tête du classement aussi tard qu’à la mi-août et cela, pour la première fois en 22 ans, avant de perdre deux de leurs trois duels contre les Yankees.

Les Blue Jays étaient en congé lundi, avant d’amorcer une série à Philadelphie, et ils accusaient un demi-match de retard sur les Yankees après les rencontres de la fin de semaine.

On a eu l’occasion d’assister à la série Blue Jays-Yankees, des rencontres présentées devant des gradins remplis au maximum de leur capacité, soit par plus de 46 000 spectateurs.

Des souvenirs des années 1990

Ce n’est pas sans rappeler la fièvre qui s’était emparée de Toronto au début des années 1990, lorsque les Blue Jays avaient remporté la Série mondiale deux fois de suite dans leur SkyDome tout neuf, soit en 1992 et en 1993.

« C’est similaire, a reconnu le vétéran chroniqueur du Toronto Sun, Bob Elliott, qui couvre les Blue Jays depuis 1987. Les gens affluent vers le stade pour ne rien manquer, car ils savent qu’ils auront droit à un bon spectacle.

« Ils demeurent toutefois prudents, pour ne pas dire un brin sceptiques, dans certains cas, a-t-il ajouté. Les plus vieux savent qu’une participation aux séries est loin d’être dans le sac, même si les Blue Jays possèdent une bonne avance dans la course au “meilleur deuxième”. Ils vivent mal la disette de 22 ans sans une participation aux matchs éliminatoires. »

Une foule plus jeune et dynamique

Bloc Stade, baseball
Photo Le Journal de Montréal, Pierre Durocher

Son collègue du Toronto Star, Richard Griffin, a souligné qu’il y a maintenant un nouveau bassin de partisans.

« Les jeunes âgés de 30 ans et moins n’ont pas connu les plus belles années des Blue Jays, comme les mauvaises, et ils se présentent au stade dans un état d’esprit différent », a-t-il expliqué.

« Pour eux, c’est une occasion de faire la fête tout en venant voir à l’œuvre les nouvelles têtes d’affiche de l’équipe », a ajouté l’ancien responsable des médias pour les Expos, qui couvre les Blue Jays depuis maintenant 21 ans.

On a pu constater une véritable ambiance de « party », notamment derrière la clôture du champ centre, où les spectateurs peuvent suivre le match debout, tout en buvant quelques bonnes bières froides.

« C’est une nouvelle génération de spectateurs, a dit Griffin. Ils sont plus bruyants, plus démonstratifs et les joueurs apprécient bien cela. »

Russell Martin confirme. « Les foules au Centre Rogers sont plus bruyantes qu’en début de saison. Ça nous procure une dose supplémentaire d’énergie. »

 

On s'arrache les billets à Toronto

Bloc Stade, baseball
Photo Le Journal de Montréal, Pierre Durocher

La dernière fois que les Blue Jays ont soulevé une telle passion à Toronto remonte en 1993, lorsqu’ils avaient remporté une deuxième Série mondiale d’affilée.

On peut vous rappeler que cette année-là, le Canadien avait mis la main sur la 24e coupe Stanley de son histoire et qu’on payait notre essence 65 cents le litre!

Depuis 1993, l’équipe torontoise n’a jamais pris part à des matchs éliminatoires, ce qui représente la plus longue disette actuellement dans les majeures.

Alors, vous comprendrez que la récente séquence de 11 victoires des Blue Jays (une deuxième du genre cette saison, un exploit qui ne s’était pas vu dans la Ligue américaine depuis 1977 par une même équipe) a eu un effet monstre sur la vente des billets.

« Elles ont quadruplé, a confirmé le vice-président responsable de ce dossier chez les Blue Jays, Jason Diplock. L’engouement est extraordinaire depuis les transactions effectuées par notre directeur général, Alex Anthopoulos. »

Des files d’attente aux guichets

Les files d’attente devant les guichets du domicile des Blue Jays sont longues, comme à la belle époque.

Les boutiques souvenirs sont prises d’assaut. Le chandail du joueur de troisième but Josh Donaldson est l’article le plus populaire, lui qui entend la foule scander « MVP » lorsqu’il se présente au bâton.

Les Blue Jays ont disputé leurs quatre derniers matchs à guichets fermés et leur moyenne d’assistance cette saison dépasse le cap des 30 000 spectateurs. En 1993, les Blue Jays avaient attiré plus de 4 millions de spectateurs au SkyDome.

Les dirigeants de Rogers, propriétaires des Blue Jays, se frottent donc les mains de satisfaction en constatant un tel engouement pour l’équipe.

Les revendeurs ont le beau jeu

Les revendeurs sont nombreux aux abords du Centre Rogers. On en a même croisé quelques-uns à la sortie de la gare Centrale, quelques rues plus loin.

Les billets les moins chers, soit ceux de 18 dollars, se vendaient 54 $ sur le site stubhub.com la semaine dernière.

« Ça ne me dérange pas de payer plus cher, disait Randy Cowen, un fier partisan des Blue Jays. Le spectacle sur le terrain en vaut le prix. L’équipe est excitante à voir jouer. »

« Les Blue Jays ont effectué un revirement si soudain depuis les transactions effectuées à la fin du mois de juillet que ça rend leur poussée plus spéciale, a ajouté Rick Gorne. On a l’impression que tous les espoirs sont permis. »

Il y a aussi les dirigeants du réseau de télévision Sportsnet qui sont aux oiseaux. Les cotes d’écoute ont explosé, passant d’une moyenne de 684 000 téléspectateurs à 1,3 million au cours des deux dernières semaines tandis qu’au Québec, les cotes d’écoute pour les matchs des Blue Jays au réseau TVA Sports ont aussi grimpé en flèche.