/sports/others
Navigation

Les filles chauffent les Bobcats mais doivent s’avouer vaincues

Les protégées de Guillaume Giroux s’inclinent par 54-50 devant l’Ohio

Basketball Rouge et Or
Photo Le Journal de Québec, Mathieu Bélanger Raphaëlle Côté a terminé le match d’hier soir avec 15 points, un sommet chez le Rouge et Or.

Coup d'oeil sur cet article

L’équipe féminine de basketball de l’Université Laval a cru en ses chances de vaincre les Bobcats de l’Ohio jusqu’à la toute fin, mardi soir, au PEPS.

Au bout du compte, les protégées de Guillaume Giroux ont baissé pavillon au compte de 54-50. Dans les derniers instants du match, les visiteuses étant en avance par trois points, Raphaëlle Côté est venue bien près de pousser les deux équipes en prolongation, mais son tir a malheureusement raté la cible.

«Nous venons de disputer un match rempli d’émotion et d’intensité. Nous avons tout donné et nous sortons grandies de cette rencontre», assure celle qui a terminé le match avec 15 points, un sommet chez le Rouge et Or. Elle a aussi récupéré 10 rebonds.

À son premier match à domicile, l’entraîneur-chef Giroux a bien aimé le spectacle offert par sa troupe. La veille, les Bobcats, détentrices d’un dossier de 27-5 l’an dernier, ont difficilement vaincu les Martlets de McGill, vice-championnes canadiennes, par quatre petits points.

«J’ai vu ce match, et nous savions donc qu’aujourd’hui [hier], nous pouvions rester près de nos adversaires. Il s’agit d’un match présaison, mais l’idée était de donner de la confiance à celles qui ont joué. Pour les autres, on va travailler plus fort à l’entraînement en espérant qu’elles deviennent meilleures.»

En plus de Côté, Gabrielle Girard s’est illustrée avec 11 points et huit rebond

Entraîneur exigeant

Dès l’entrée en poste de Giroux, au printemps, les joueuses de Laval se sont rendu compte que la dynamique au sein de l’équipe serait différente.

«J’ai vieilli, mais je suis encore très exigeant. Pour avoir du succès, on doit en demander beaucoup, a mentionné celui qui a succédé à Linda Marquis.

«Cet été, les filles ont eu un horaire d’entraînement chargé. Elles ont fait le saut, mais elles étaient à la fois excitées.»

Lettres de noblesse

Giroux tentera de redonner ses lettres de noblesse à un programme ayant connu sa part d’ennuis dans les dernières années.

«Notre objectif est de gravir rapidement les échelons. En tant qu’entraîneur, on veut toujours que ça se fasse vite. Éventuellement, nous visons le championnat national. Nous avons un groupe dédié, et je suis heureux que certaines filles que nous avons recrutées lorsque j’étais adjoint à McGill aient choisi Laval.»

Opérée au ligament croisé antérieur il y a quatre mois, Sarah-Janes Marois devrait effectuer son retour au jeu en novembre.