/lifestyle/food
Navigation

L’huile du professeur Tournesol

Christian Champigny
Photo Le Journal de Montréal, Renée Laurin Christian Champigny

Coup d'oeil sur cet article

Un sourire radieux éclaire le visage de Christian Champigny. Le cultivateur d’Upton en Montérégie respire le bonheur et la joie de vivre. «C’est l’effet tournesol», dit celui qu’on surnomme affectueusement le professeur Tournesol.

Depuis 1998, il vit entouré d’une immense mer de soleils: des tournesols qu’il a plantés sur la terre paternelle à son retour d’un voyage en Espagne en 1997. Ces fleurs géantes au charme irrésistible auraient un effet énergisant sur les êtres humains. Voilà qui explique peut-être l’incroyable vitalité de M. Champigny, un des plus importants producteurs d’huile de tournesol au Québec.

En 1979, il a pris la relève de la ferme laitière de son père où il vit depuis l’âge de 2 ans. Il s’est occupé du troupeau aux côtés de sa première femme jusqu’à ce qu’un terrible accident de la route vienne leur ravir leur fils unique. Il n’avait que 7 ans. «Nous avons vendu le troupeau en 1995», raconte-t-il. Sans relève, il n’avait plus envie de continuer.

Christian Champigny
Photo Le Journal de Montréal, Renée Laurin

La culture des tournesols aura réussi à raviver sa joie de vivre. Il partage désormais sa passion avec les nombreux visiteurs qui viennent admirer ses champs fleuris chaque année, au début du mois d’août, dans le cadre de leur événement annuel «Des tournesols plein les yeux».

Avec un minimum d’équipement et deux jeunes adolescents pour l’aider à embouteiller, il produira cette année près de 15 000 litres d’huile de tournesol de première pression à froid certifiée biologique, soit 30 fois plus qu’à ses débuts en l’an 2000. «Les tournesols, c’était beau dans le paysage, mais il fallait trouver un débouché», explique-t-il.

La production d’huile de tournesol, une huile dorée au goût de noisette, riche en vitamine E, K et omégas 9, s’est imposée. «Au Québec, nous sommes seulement deux ou trois braves à avoir osé nous lancer dans cette production. Le tournesol n’est pas très bien adapté à notre climat, rappelle M. Champigny. Il a besoin de chaleur pour s’épanouir.»

Christian Champigny
Photo Le Journal de Montréal, Renée Laurin

La décision d’opter pour une agriculture biologique ne leur a pas facilité la vie non plus ces dernières années. La chaleur printanière nécessaire n’était pas au rendez-vous. «Nous sommes à la croisée des chemins, dit-il. Les mauvaises herbes se sont multipliées trop rapidement. Si on veut continuer, il faudra songer sérieusement à se tourner vers une agriculture plus raisonnée au cours des prochaines années.»

Sur sa terre d’Upton, il cultive huit hectares de tournesol. Les 72 autres hectares dont il a besoin pour assurer sa production sont répartis sur les terres de trois cultivateurs québécois à Saint-Pie et au Lac-Saint-Jean.

Les graines sont entreposées dans un immense silo près de ses nouvelles installations de filtrage. L’huile pressée à froid y est filtrée à l’année par décantation, en fonction de la demande pour assurer sa fraîcheur.

Son huile de tournesol et autres produits dérivés peuvent être achetés directement à la ferme Champy à Upton, dans un sympathique comptoir libre-service. On peut aussi la trouver dans les magasins Avril, aux marchés Atwater et Jean Talon.

 Tous les points de vente ici : champy.ca/node/1

 

Produit vedette

Huile de tournesol Champy

Christian Champigny
Photo Le Journal de Montréal, Renée Laurin

Une huile mi-oléique, riche en gras insaturés. Selon M. Champy, elle peut concurrencer facilement l’huile d’olive. Classée excellente source d’oméga 9 avec ses 55 à 65 % d’acide oléique (mono-insaturé) et bonne source d’oméga-6 avec ses 26 à 36 % d’acide linolénique (polyinsaturé). Leur apport contribue à normaliser le niveau de cholestérol sanguin, à réduire les maladies cardiovasculaires, les maladies liées au vieillissement et le risque de certains cancers. Elle contient de la vitamine E et K. Peut être utilisée dans les salades, pour la fabrication de vinaigrette ou comme huile de cuisson. On l’utilise également dans la fabrication de savons et de beurres corporels.

La ferme Champy

205, rue principale

Upton (Québec)

450-549-4510