/misc
Navigation

Excitée d’être invitée à l’Omnium canadien

Coup d'oeil sur cet article

Des rondes de 70, 70 et 72 pour un total de 212 et une 23e position à Brockton, près de Boston, ne sont pas le reflet de la qualité de mon jeu le week-end dernier. Je ne dois pas trop «focusser» sur le rang que ça m’a valu. C’est une déception, certes, mais il y a beaucoup de positif à observer.

Des rondes de 70, 70 et 72 pour un total de 212 et une 23e position à Brockton, près de Boston, ne sont pas le reflet de la qualité de mon jeu le week-end dernier. Je ne dois pas trop «focusser» sur le rang que ça m’a valu. C’est une déception, certes, mais il y a beaucoup de positif à observer.

Je vois une amélioration dans mes statistiques à tous les niveaux et je vais travailler fort pour bonifier ma constance. Je déplore les bogueys et doubles bogueys que j’ai commis. J’aurais pu ou dû les éviter. Je dois absolument éliminer ces coups erratiques pour rentabiliser mes oiselets et me permettre, enfin, de gagner.

J’ai quand même eu beaucoup de plaisir puisque mon frère, ma tante, mon oncle et des amis de la famille avaient parcouru la route depuis Sherbrooke pour venir m’encourager. Dimanche, je suis revenue de Boston vers les Cantons de l’Est et ensuite mon père m’a conduit à Montréal d’où je me suis envolée de nuit vers Vancouver. Eh oui, c’est l’Omnium de golf canadien féminin cette semaine. Je suis fébrile et heureuse d’avoir été invitée. En fait, non, je suis très excitée!

J’ai déjà eu l’occasion de fouler ce parcours du Vancouver Golf Club, situé à Coquitlam. J’avais réalisé une bonne performance. Cette année-là, en 2007, Yani Tseng avait triomphé à l’âge de 18 ans seulement. On ne se doutait absolument pas qu’elle deviendrait plus tard numéro Un au monde et qu’elle remporterait 15 tournois de la LPGA dont cinq majeurs. Malheureusement, elle éprouve des ennuis depuis deux ans.

Tous les yeux seront rivés cette fois vers la nouvelle sensation du golf féminin, l’Ontarienne Brooke Henderson, qui vient de gagner à Portland son tout premier tournoi de la LPGA, à 17 ans seulement. Mieux, elle a triomphé par... huit coups! Elle est très impressionnante!

Le terrain sur lequel on évoluera pour cette compétition de 72 trous est très beau et d’environ 6500 verges, ce qui signifie que j’aurai l’occasion de prendre avantage de mon bois 1. Au sein du circuit Symetra, les distances avoisinent habituellement les 6000 verges seulement.

Mon objectif sera de demeurer patiente et calme. Ça peut sembler bien simple, mais ce sont deux aspects que je dois constamment me rappeler. Je sais que pour réussir, je dois maîtriser ça.

Je suis logée à seulement cinq minutes du complexe de golf chez des gens qui se sont portés volontaires pour héberger des joueuses. Vous avez déjà visité Vancouver? C’est l’une de mes villes préférées en Amérique. Avec les montagnes et les arbres énormes qui la ceinturent, c’est vraiment de toute beauté.

Heureuse pour Day

Un mot enfin sur la victoire de l’Australien Jason Day qui a remporté le dernier majeur de l’année, le Championnat de la PGA. J’étais bien contente pour lui parce qu’il est passé tellement près si souvent dans les grands événements. Sa réaction –il était en pleurs- nous démontrait que c’est réellement important pour lui de chasser les démons de celui qui croule sous la pression.

Par le fait même, Jordan Spieth est maintenant au sommet du classement mondial avec sa deuxième position au Championnat. Il devance Rory McIlroy. Sa constance au jeu est admirable. C’est ce que nous essayons tous et toutes de réaliser.

-Propos recueillis par Yvan Martineau