/finance/opinion/columnists
Navigation

Fonds FTQ et CSN la campagne anti-Harper

Coup d'oeil sur cet article

La décision du gouvernement de Stephen Harper de couper d’ici 2017 le crédit d’impôt fédéral de 15 % alloué aux fonds de travailleurs visait principalement le Fonds de solidarité de la FTQ et Fondaction de la CSN. À eux seuls, les deux fonds québécois accaparaient quelque 60 % de cette dépense fiscale fédérale.

La décision du gouvernement de Stephen Harper de couper d’ici 2017 le crédit d’impôt fédéral de 15 % alloué aux fonds de travailleurs visait principalement le Fonds de solidarité de la FTQ et Fondaction de la CSN. À eux seuls, les deux fonds québécois accaparaient quelque 60 % de cette dépense fiscale fédérale.

Il ne faut donc pas se surprendre aujourd’hui de voir les dirigeants des deux puissantes centrales syndicales québécoises déclarer la guerre aux troupes du Parti conservateur dans le cadre de la présente campagne électorale. C’est clairement de la vengeance. Malgré l'appui du gouvernement du Québec et des milieux d'affaires à l'importance de maintenir le crédit d'impôt fédéral, le gouvernement Harper a refusé de reconsidérer sa décision d'abolir ledit crédit.

PUNITION

Pour punir Harper, la stratégie des centrales syndicales se résume à ceci: empêcher les candidats conservateurs de se faire élire au Québec. Comment? En appuyant Thomas Mulcair et ses candidats du NPD? Au début des hostilités, le message semblait favoriser le NPD. Mais depuis... les centrales syndicales préfèrent dire qu’elles appuient tout candidat capable de battre un conservateur.

Ce qui élargit donc l’appui potentiel aux candidats libéraux de Justin Trudeau qui seraient susceptibles de battre un conservateur d’Harper. Et possiblement aux candidats du Bloc de Gilles Duceppe, lesquels avaient l’habitude de recevoir la plupart du temps un solide appui des centrales syndicales.

C'est bien entendu un appui calculé: les chefs du NPD et du Parti libéral ont tous les deux pris l'engagement de réintroduire le crédit fédéral advenant la prise du pouvoir.

QUESTION DE SURVIE

Pourquoi la FTQ et la CSN souhaitent-elles une défaite de la troupe de Stephen Harper? Parce qu’il en va de la survie même de leurs fonds de travailleurs respectifs. Il est évident que la disparition du crédit d’impôt fédéral à compter de 2017 va faire extrêmement mal aux campagnes de souscription des fonds de travailleurs.

Cette année, le crédit fédéral est réduit à 10 %. L’an prochain, il tombera à seulement 5 %. Puis en 2017, si Harper reste au pouvoir, ce sera fini. Il ne restera que le crédit d’impôt provincial de 15 %.

Si les fonds de travailleurs québécois sont devenus si populaires c’est en raison des deux crédits d’impôt, lesquels représentaient pour les épargnants un intéressant coussin de sécurité, soit de 30 % au minimum, jusqu’en 2014. C’est comme si les épargnants achetaient leurs actions des fonds de travailleurs à rabais de 30 %.

Dès le moment où ce coussin de protection financière perd des plumes, il va sans dire que les épargnants ont une raison fondamentale de se montrer plus frileux devant un placement dans les fonds de travailleurs.

Après tout, les fonds de travailleurs représentent des placements à risques assez élevés, étant obligés d'investir 60 % de leur capital dans des PME québécoises.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.