/news/currentevents
Navigation

Pierre Daigle défie les pronostics

L’homme d’affaires a repris le vélo après avoir été condamné au fauteuil roulant

Pierre Daigle défie les pronostics
Photo Annie t. Roussel

Coup d'oeil sur cet article

Cumulant 2200 km au compteur cet été, l’ex-homme d’affaires Pierre Daigle, qui était condamné au fauteuil roulant à la suite d’un accident de vélo, défie tous les pronostics, à tel point que son cerveau est étudié pour faire avancer la science.

Souffrant d’amnésie totale après son acci­dent en 2012, M. Daigle a dû tout réapprendre, en plus de faire le deuil de son entre­prise, Lessard Bicycles, qui n’a pas survé­cu à son absence, bien que le nom de l’en­treprise ait été racheté lors de la faillite.

Depuis que Le Journal l’a rencontré en mai 2014, M. Daigle a fait des progrès cognitifs et physiques énormes.

«À l’hôpital, les résidents étudient son cas comme référence pour mieux comprendre l’évolution du cerveau», a expliqué Élaine Anctil, son épouse.

Le port du casque

Non seulement il a repris l’entraînement, mais M. Daigle prononce aujourd’hui des conférences pour partager son histoire et faire de la sensibilisation sur le port du casque à vélo.

«C’est inimaginable à quel point l’entraînement physique a amélioré ma situation en général. L’espoir, ça existe!» a-t-il confié.

Même s’il garde des séquelles permanentes, M. Daigle est un exemple de persévérance.

« Avec un traumatisme crânien sévèrecomme j’ai eu, tu as deux choix dans lavie: rester assis dans le salon etregarder le train passer ou essayerd’aider ton prochain. » – Pierre Daigle, ex-propriétaire de Lessard Bicycles

C’est pourquoi on l’invite à donner des conférences. Il sera d’ailleurs au Festival du bûcheux de Saint-Pamphile le 29 août prochain.

Compte tenu de ce qui lui est arrivé, cet homme courageux affiche une forme surprenante.

Rappelons qu’il a eu neuf côtes cassées, un poumon perforé, un traumatisme crânien grave qui a nécessité l’installation d’un drain mécanique, en plus de six vis dans la colonne vertébrale.

Dès qu’il a pu se tenir sur un vélo, M. Daigle est retourné à sa passion. Cette année, son objectif est de rouler 3000 kilomètres.

«Aussitôt qu’il fait beau, on part. C’est au mi­nimum quatre fois par semai­ne», a-t-il dit.

D’ailleurs, avant sa conférence à Saint-Pamphile, M. Daigle participera à une randonnée populaire de 25 km au Festival du bûcheux.

Seule aux commandes

Par son témoignage, il espère aussi sensibiliser les gens d’affaires. M. Daigle n’avait pas d’assurance invalidité et il en paie le prix.

De plus, au lendemain de l’accident, son épouse s’est retrouvée seule aux commandes de l’entreprise sans mandat d’inaptitude.

Encore aujourd’hui, M. Daigle n’en revient pas de voir le nombre de cyclistes qui ne porte pas de casque protecteur.

«Ça n’a pas de bon sens, cette affaire-là. S’ils savaient à quels risques, ils s’exposent. La négligence est énorme!»


♦ M. Daigle tient à remercier Janick Bisson, orthophoniste à l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec, qui a donné de son temps bénévolement pour l’aider à préparer sa conférence.

 

​Quelques dates

  • 1985: Pierre Daigle fonde Lessard Bicycles (qui avait trois bureaux).
  • 2012: Il percute une voiture en vélo (il passe quatre mois à l’hôpital et un an à l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec).
  • 2014: Retour à la maison.
  • 2015: Il cumule près de 2200 km de vélo à ce jour et donne des conférences pour partager son histoire.