/news/politics
Navigation

Assermentation du nouveau directeur du SPVM sur fond de contestation

Coup d'oeil sur cet article

Assermenté en l’absence de ses policiers et de son prédécesseur, le début de mandat du nouveau directeur du SPVM Philippe Pichet s’annonce houleux.

«J’ai dit que j’allais ouvrir et continuer le dialogue avec la fraternité. moi je vais tout faire pour travailler ensemble pour l’avenir [...] Ils ont été invités, c’est malheureux. j’aurais aimé qu’ils soient présents.»–Philippe Pichet, nouveau chef du SPVM

Le maire Denis Coderre et le nouveau chef du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) tenaient à célébrer cette journée d’assermentation, hier, mais le litige qui se continue entre la ville et les policiers de Montréal a fait de l’ombre à l’événement.

Surtout que la Fraternité des policiers a annoncé quelques heures avant le début de la cérémonie protocolaire qu’aucun représentant ne se déplacerait et «qu’elle n’assouplira pas ses moyens de pression pour l’événement». Depuis un an, les policiers de Montréal dénoncent la réforme des régimes de retraite.

Une décision qui a visiblement déçu Philippe Pichet qui est devenu hier le 38e directeur du SPVM.

«Ils ont été invités, c’est malheureux. J’aurais aimé qu’ils soient présents, a déclaré le nouveau chef dans un court point de presse. J’ai dit que j’allais ouvrir et continuer le dialogue avec la Fraternité. Moi je vais tout faire pour travailler ensemble pour l’avenir».

Un grand absent

Pour sa part, le maire de Montréal, Denis Coderre, a été moins tendre envers la Fraternité.

«Ils ont manqué une belle opportunité. On va miser sur ceux qui sont présents».

Même si plusieurs ont rendu hommage à l’ancien directeur du SPVM, Marc Parent, lors des discours, ce dernier brillait, lui aussi, par son absence.

Pourtant, dans le Hall d’honneur de l’hôtel de ville de Montréal se trouvait Yvan Delorme, l’ancien chef qui a rempli les mêmes fonctions que Marc Parent par le passé. Ainsi que Jacques Duchesneau, ex-directeur de la police de la Communauté urbaine de Montréal.

Questionné sur l’absence de Marc Parent, le maire de Montréal s’est empressé de répliquer.

«Il n’y a rien là, je lui ai parlé avant la cérémonie. Il a des préparatifs de mariage [...] Et M. Parent a en haute estime M. Pichet. Il a été son chef de cabinet, donc ne cherchez pas de bibittes.»

Toutefois, Le Journal révélait en mai dernier que Marc Parent quittait à la fin de son mandat après un froid avec le directeur général de la Ville. Selon nos sources, la relation entre M. Parent et le directeur général (DG) Alain Marcoux se serait détériorée en début d’année. Une information que le maire de Montréal a toujours niée.

Tout un défi

Philippe Pichet compte plus de 24 ans de service au sein du SPVM et a notamment dirigé la division de lutte antiterroriste et la planification opérationnelle.

Ce dernier aura sous sa responsabilité plus de 6000 employés. En plus de prendre part au processus de négociation des conventions collectives de ses 4500 policiers.

À ce sujet, le président de la Fraternité, Yves Francoeur, a ajouté hier «qu’au cours des dernières années, les policiers et policières de Montréal ont été privés de leur droit de négocier librement leurs conditions de travail, et ce, en contravention des principes constitutionnels les plus élémentaires».

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.