/travel
Navigation

Sur les traces de James Bond à Londres en 14 arrêts

La National Gallery de Londres
Photo courtoisie La National Gallery de Londres

Coup d'oeil sur cet article

LONDRES | À l’approche de la sortie de Spectre, le nouveau film de James Bond qui prendra l’affiche cet automne, nous vous proposons une visite de Londres sur les traces de l’agent secret de Sa Majesté.

Il existe dans la ville différents tours guidés consacrés au fameux personnage: en bus, en kayak, en Rolls Royce, etc., et chacun d’eux présente des lieux et des expériences différentes.

Nous avons opté pour l’une des balades offertes par Brit Movie Tours. Au cours de la visite d’environ trois heures, notre guide Mickael Bendib nous a conduits sur différents lieux de tournage de quelques-uns des 24 films officiels de 007, tout en nous révélant des aspects de la personnalité de son créateur Ian Fleming, qui a su marier la réalité de son passé à sa fiction.

Voici quelques-uns de ces lieux:

1. Le Musée Ripley’s Believe it or not, de Picadilly Circus. En octobre 1962, c’est dans ce bâtiment – qui était alors le London Pavillon et non un musée réservé aux choses étranges – qu’a eu lieu la première du film James Bond 007 contre Dr No.

L’ancien London Pavillon (à droite), où a eu lieu 
la première du film James Bond 007 contre Dr No, en 1962
Photo courtoisie
L’ancien London Pavillon (à droite), où a eu lieu la première du film James Bond 007 contre Dr No, en 1962

 

2. L’intérieur de The Reform Club a été utilisé dans de nombreuses scènes de film, entre autres dans Quantum (Quantum of Solace) et dans Meurs un autre jour (Die Another Day), dans lequel apparaissait Madonna. Ce club très privé étant interdit aux visiteurs, on admire les jardins arrière que l’on aperçoit également dans le film. Le guide en profite pour nous informer que Margaret Thatcher a été la première femme (en 1981) à pénétrer dans ce club, traditionnellement réservé aux hommes.

Les jardins du Reform Club
Photo courtoisie
Les jardins du Reform Club

 

3. Devant l’Arche de l’amirauté (1911), qui abritait autrefois les bureaux et les résidences des dirigeants de la Royal Navy, Mickael nous livre quelques secrets sur Ian Fleming. Journaliste et officier­­ du renseignement naval, l’auteur de 007 ressemblait beaucoup à son héros. Il fumait 60 cigarettes par jour et adorait les femmes. À la fin de la guerre, il a créé 007 en souhaitant devenir le meilleur auteur de nouvelles d’espionnage. Avant de quitter les lieux, notre guide nous précise que ce magnifique bâtiment, qui fait face au Palais de Buckingham, sera bientôt transformé en hôtel 5 étoiles.

L’Arche de l’Amirauté
Photo courtoisie
L’Arche de l’Amirauté

 

4. Les bureaux dans lesquels travaillait Ian Fleming étaient situés tout près de l’Arche de l’amirauté et du House Guard Building, ce qui lui permettait d’assister de façon quotidienne au spectacle de la relève de la garde.

5. À Trafalgar Square, devant l’édifice de la Malaysia Airlines, Mickael nous indique, photos en main, que cet édifice a représenté le quartier général du MI6 dans Tuer n’est pas jouer (The Living Daylights).

6. Toujours à Trafalgar Square, on entre dans la National Gallery, l’un des plus grands musées du monde, dans lequel sont exposés quelque 2000 tableaux de peintres aussi célèbres que de Vinci, Michel-Ange, Titien ou Renoir. Pour les besoins de ce circuit, on se rend directement dans la salle 39, où l’on fait un arrêt­­ devant le portrait du duc de Wellington­­ qui apparaît dans James Bond 007 contre Dr No. Le guide nous raconte que la présence de ce tableau dans le film était un tour que l’équipe avait joué à Sean Connery. En réalité, l’œuvre, volée en 1961, n’avait toujours pas été retrouvée lors du tournage, en 1962. En secret, on avait commandé une copie, pas très bien réussie puisque réalisée en une seule nuit. À noter que le tableau présenté au musée est l’original, retrouvé en 1965.

Des salles de la National Gallery apparaissent dans les 
films de James Bond, notamment. C’est ce qu’explique 
sur cette photo un guide de Brit MovieTour
Photo courtoisie
Des salles de la National Gallery apparaissent dans les films de James Bond, notamment. C’est ce qu’explique sur cette photo un guide de Brit MovieTour

 

7. On continue la visite dans The Sackler Room, où l’on peut s’asseoir sur le même divan que Sean Connery pour contempler The Fighting Temeraire, la toile représentant le bateau qui a participé à la bataille de Trafalgar et que Bond surnomme le «bloody big ship».

8. L’étape suivante réfère à l’évasion de Silva dans Skyfall et se déroule dans le métro à la station Charring Cross. On l’y voit rencontrer de faux policiers qui lui remettent un uniforme, ce qui lui permet de s’échapper dans le métro, ou «Tube», comme on dit à Londres.

La station Charing Cross du métro de Londres
et une photo tirée du film Skyfall
Photo courtoisie
La station Charing Cross du métro de Londres et une photo tirée du film Skyfall

 

9. Le Metropole Hotel faisait autrefois partie du MI6. Ian Fleming venait ici pour les missions qu’il dirigeait. En 1961, Sean Connery y pénètre pour la première de son film. C’est aujourd’hui un hôtel de luxe, le Corinthia.

10. Après la mort de M (dans Skyfall), James Bond monte sur le toit d’un édifice. Il s’agissait de l’ancien quartier général de Scotland Yard, le Scotland Yard Whitehall. C’est aujourd’hui le département de l’Énergie et des changements climatiques, mais une plaque bleue qui identifie tous les édifices historiques de Londres rappelle son passé.

11. Et voici le véritable MI6, le bâtiment du SIS (Secret Intelligence Service) situé­­ à côté de Big Ben, le long de la Tamise. Même si l’emplacement n’est plus secret, l’endroit est étroitement surveillé et l’on dit qu’il est indestructible. Il apparaît une première fois dans L’œil de feu (Goldeneye). Dans Skyfall, ce bâtiment explose à deux reprises. Bien sûr, pour cette scène, la direction avait demandé l’autorisation au MI6 qui l’avait refusée. Cependant, Robin Cook­­, alors secrétaire d’État et fan de James Bond, aurait dit: «James Bond a tellement fait pour l’Angleterre que l’Angleterre peut bien faire ça pour lui!» Avec le résultat que c’est le véritable MI6 qui explose. Bien sûr, l’explosion a été réalisée en studio.

Le véritable MI6 que l’on dit indestructible
Photo courtoisie
Le véritable MI6 que l’on dit indestructible

 

12. Dans Le monde ne suffit pas (The World is Not Enough), des yachts super­­ puissants jaillissent du MI6 par des portes secrètes alors que James Bond pourchasse Q. Chose impossible dans la réalité puisque la vitesse sur la Tamise est limitée à 14 km/h. Pour tourner cette poursuite sous tous les angles, 35 bateaux ont été utilisés.

13. Même s’ils ne font pas partie de la visite guidée, il faut ajouter les lieux suivants à son itinéraire pour suivre la trace de l’agent: L’exposition Bond in Motion au London Film Museum, dans Covent Garden. Il s’agirait de la plus importante collection­­ de véhicules (avion, hélicoptère, bateaux, autos et motocyclettes) du célèbre 007. londonfilmmuseum.com

14. Les différents interprètes de James Bond (en cire) chez Madame Tussauds. www.madametussauds.com

Statues de cire de Judi Dench et 
Daniel Craig chez Madame 
Tussauds
Photo courtoisie
Statues de cire de Judi Dench et Daniel Craig chez Madame Tussauds

 

À savoir : Brit MovieTour offre également des visites guidées sur les thèmes de Games of Thrones, Harry Potter, Downton Abbey, Sherlock Holmes et bien d’autres.