/elections/npd
Navigation

Le NPD réaffirme son engagement contre C-51

Le NPD réaffirme son engagement contre C-51
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO – Un gouvernement néo-démocrate élu abrogera la loi antiterroriste, aussi connue sous le vocable C-51, qui comporte des entraves aux droits individuels, selon le NPD.

Le chef Thomas Mulcair a eu beau faire relâche samedi, son équipe s’est activée sur le terrain et Olivia Chow, candidate dans Spadina–Fort York et veuve de Jack Layton, était de bon matin prête à l’offensive.

«Nous avons 51 jours. Dans 51 jours, nous aurons la chance d’élire Thomas Mulcair et nous abrogerons C-51», a-t-elle affirmé à Toronto en compagnie d’une autre candidate du NPD.

Des vidéos ont aussi fait leur apparition en ligne pour dénoncer la loi contre le terrorisme adoptée au début du mois de mai dernier, qui comprend des mesures de sécurité rehaussées.

Avec cette sortie, le clan orange ne cible pas que les conservateurs qui ont présenté le projet de loi C-51, mais aussi les libéraux qui ont donné leur appui à cette loi.

«Vous ne pouvez pas affirmer être progressiste et appuyer [...] C-51», a soutenu Olivia Chow.

De nombreux opposants

De nombreuses voix se sont élevées contre ce projet, dont celles d'Amnistie Internationale, du Commissariat à la protection de la vie privée et de quatre anciens premiers ministres canadiens.

Les opposants redoutent un effritement des libertés civiles, puisque les pouvoirs conférés aux autorités ont été fortement augmentés.

Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a estimé que les renseignements personnels sur les citoyens que possèdent les ministères fédéraux pourraient être mis à la disposition de 17 ministères et organismes fédéraux, y compris les données fiscales détenues par l'Agence du revenu du Canada, qui constituaient historiquement une information hautement protégée.

Le commissariat a aussi critiqué le caractère «trop permissif» de la loi quant à la manière de communiquer l'information. Elle «n'établit aucune limite claire quant à la période de conservation de l'information», avait noté le commissariat en mai dernier.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.