/entertainment/shows
Navigation

AC/DC enflamme le Stade olympique

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Après un passage remarqué dans la Vieille Capitale vendredi, les Australiens du groupe AC/DC sont venus faire déferler leur rock diabolique au Stade olympique de Montréal lundi soir, devant une foule de plusieurs milliers de personnes.

Même si les membres de la formation ont pris quelques rides dans les dernières années, leurs plus grands succès sont visiblement restés très populaires auprès de leurs adeptes. Ceux-ci ont eu le plaisir d’en entendre une bonne partie, avec notamment Shoot to Thrill, Back in Black, Dirty Deeds Done Dirt Cheap et Thunderstruck en plus de quelques nouveautés tirées de leur dernier album Rock or Bust.

Malheureusement pour le public, l’acoustique du Stade olympique a prouvé une fois de plus que l’endroit n’est pas adapté à la tenue d’événements musicaux. Les échos de la basse et de la batterie devenaient vite assourdissants et finissaient par causer une cacophonie au sein de laquelle il était difficile de distinguer la guitare d’Angus Young.

Fort heureusement, la formation australienne avait pris soin de laisser quelques moments en solo au guitariste pour se déchaîner sur scène, au plaisir des mélomanes.

En dépit, et qu’à cela ne tienne, le public semblait tout de même s’amuser ferme, s’époumonant à chaque occasion. Une vague a même été soulevée. Et lorsqu’elle ne se faisait pas entendre, la foule se faisait voir avec des centaines de cornes clignotantes qui coiffaient les spectateurs du parterre aux gradins.

Cet enthousiasme n’a toutefois pas été récompensé par les commentaires du chanteur Brian Johnson, qui s’est contenté de chanter sans trop parler au public. Quelques temps morts entre les chansons sont aussi venus briser le rythme du concert, qui était autrement sans faute.

Malgré leur âge, les membres du groupe ont prouvé qu’ils ont encore tout ce qu’il faut pour satisfaire l’appétit de rock de leur public, à commencer par leur présence sur scène.

La suite pour AC/DC?

L’avenir d’AC/DC à l’issue de cette tournée mondiale est incertain avec le départ de Malcolm Young, qui souffre de démence, et les démêlés avec la justice du batteur Phil Rudd, qui ne peut actuellement quitter l’Australie. Les milliers d’amateurs qui étaient au rendez-vous lundi soir paraissaient l’avoir compris, lançant des acclamations qui sonnaient comme des adieux à ces légendes, pendant que les dernières notes de For Those About to Rock (We Salute You) résonnaient dans le Stade olympique.

Une première partie énergique

C’est au groupe Vintage Trouble qu’avait été donnée la tâche de réchauffer la foule avant le concert d’AC/DC. Le quatuor de Los Angeles a servi un rock énergique et très rétro aux spectateurs qui commençaient à se masser à l’intérieur du Stade olympique.

Malgré l’enthousiasme débordant du chanteur, c’est un accueil poli qui a été réservé à ce groupe. Les réponses se sont faites hésitantes aux nombreuses invitations du leader. Cela n’a pas découragé les musiciens, qui n’ont pas abandonné, si bien qu’ils ont eu droit à une belle ovation à la fin de leur partie de la soirée.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.