/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le pape et l'avortement

Le pape François
photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le pape s'est prononcé aujourd'hui sur l'avortement. Dans sa grande miséricorde, il appelle les prêtres  à accorder le pardon aux catholiques qui ont avorté ou provoqué l’avortement. Mais il y a une condition:  " le pêcheur doit avoir eu une démarche de repentir".

On nous fait croire que ce pape-ci est différent des autres, qu'il est plus ouvert, plus tolérant. Qu'il veut donner une meilleure image de l'Église catholique. Mais rien n'est changé.

Les femmes disposent librement de leur corps, peu importe ce qu'en pensent des vieux hommes célibataires.

Que l'Église daigne accorder un "pardon" c'est une claque en plein visage. Exiger un repentir en est une autre.

L'avortement n'est pas un pêché. C'est un droit. Fondamental. 

Selon François, il faudrait qu'on regrette, qu'on se mette à genoux, qu'on ait des remords ?

"Pardonnez-moi mon père, j'ai osé agir en femme libre" ?

"Pardonnez-moi mon père, je regrette d'avoir commis un geste parfaitement légal" ?

"Pardonnez-moi mon Père, j'ai avorté parce que j'ai été violée /parce que le condom de mon chum s'est brisé/ parce que j'ai 16 ans et que je ne veux pas hypothéquer ma vie pour une folie d'un soir/parce que le père de mon enfant vient de partir avec ma meilleure amie/parce que je l'ai décidé ainsi" ?

 

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.