/news/education
Navigation

Silence dans les corridors d’école

École, élèves, classe, éducation, école primaire
Photo Le Journal de Québec, Didier Debusschère À l’école primaire Notre-Dame-du-Canada, les élèves défilent en silence dans les corridors.

Coup d'oeil sur cet article

À l’école primaire Notre-Dame-du-Canada, les élèves défilent en silence dans les corridors. Une règle toute simple qui a permis de réduire l’intimidation et d’améliorer la discipline.

Même remplis, les corridors de cette école du quartier Vanier, à Québec, sont étonnamment silencieux. Des élèves y défilent même avec un doigt sur la bouche, pour montrer qu’ils sont bien silencieux. D’autres, beaucoup plus rares, chuchotent en cachette.

Lorsque Madeleine Piché est arrivée dans cette école, il y a une quinzaine d’années, le climat était «assez violent», raconte-t-elle. «Il y avait beaucoup de bataille dans la cour d’école et dans les corridors. Au retour en classe, ça prenait beaucoup de temps pour gérer les conflits», raconte la directrice, qui a pris sa retraite en juin.

Le silence dans les corridors s’est donc rapidement imposé, ajoute-t-elle. «C’était nécessaire.» Et il n’a fallu qu’un an pour en faire une habitude, dit-elle.

Système de récompenses

Pour encourager les élèves à respecter les règles de l’école, Mme Piché a aussi instauré au fil des ans un système de récompenses, avec des coupons privilèges qui permettent aux enfants de faire des activités spéciales avec un adulte de l’école. «C’est un ensemble, ça ne tient pas tout seul cette affaire-là», lance-t-elle.

Annie Vaillancourt, enseignante
Photo Le Journal de Québec, Didier Debusschère
Annie Vaillancourt, enseignante

Et les résultats sont au rendez-vous. Annie Vaillancourt, qui a enseigné l’an passé pour la première fois dans cette école, n’en revient pas. «Je suis médusée, lance-t-elle. On gagne du temps, on n’a plus à calmer les élèves lorsqu’on revient de récréation», dit-elle.

Mme Piché va même plus loin. Elle croit que cette règle, en plus d’autres changements qui ont été implantés dans l’école au cours des dernières années, a contribué à réduire l’intimidation et la violence dans l’école.

«Ça joue beaucoup sur le climat de l’école», dit-elle.