/news/currentevents
Navigation

Contacts sexuels: un pédophile poursuivi pour 455 000$

Luc Bergeron
Photo d'archives Luc Bergeron
Accusé

Coup d'oeil sur cet article

Un pédophile condamné pour des contacts sexuels avec une fillette de 10 ans est maintenant poursuivi par la mère de la victime, qui lui réclame 455 000 $.

«[Luc Bergeron] ne peut nier ni contester tout le mal qu’il a causé», affirme la mère de la fillette dans la poursuite qu’elle a déposée cette semaine au palais de justice de Montréal.

Bergeron, un Sherbrookois de 48 ans, avait eu deux relations sexuelles avec la fillette en 2009. Il avait fait sa connaissance par l’intermédiaire du réseau pour célibataires L’échange de nuit. La fillette, qui habite Montréal, prétendait avoir 18 ans et Bergeron avait accepté de conduire jusque dans la métropole pour avoir une relation sexuelle avec elle.

Deux fois

Bergeron avait pu constater qu’elle était beaucoup plus jeune qu’elle ne le prétendait, mais cela ne l’avait pas empêché d’avoir une relation sexuelle avec la fillette, sur un balcon.

Il était retourné voir la petite quelques jours plus tard, mais des passants avaient appelé les policiers après avoir vu la petite embrasser Bergeron alors qu’ils étaient au service à l’auto d’un McDonald’s. Bergeron s’était fait prendre les culottes baissées dans un stationnement.

Bergeron avait finalement plaidé coupable, écopant de sept mois de prison. La peine a été portée en appel par la Couronne, mais cela n’a pas empêché la mère de la petite d’engager une poursuite en cour civile.

Fillette « traumatisée »

Pour justifier sa demande de 455 000 $, la mère explique que sa fille a été «traumatisée» par les événements.

«Elle ne montre aucun intérêt quant à la suite de ses études, sa relation avec les adultes s’est détériorée, elle ne leur fait plus confiance, peut-on lire dans le document de cour. Elle ne fait plus confiance aux adultes, elle est terrifiée quand un adulte lui adresse la parole et se sent toujours menacée.»

La mère exige 260 000 $ pour sa fille et 195 000 $ pour elle-même.

«Cette situation a un impact négatif dans la vie professionnelle de [la mère], les actes [de Bergeron] l’ont mise dans un état de stress post-traumatique relié à l’abus sexuel perpétré sur sa fille.»

La poursuite sera présentée à un juge le mois prochain, au palais de justice de Montréal.

Il n’a pas été possible de joindre Luc Bergeron pour obtenir ses commentaires sur la situation.