/travel
Navigation

La renaissance du vignoble belge

Coup d'oeil sur cet article

WALLONIE, Belgique | Dans la région de Namur, deux domaines viticoles participent activement à la renaissance du vignoble belge. Tous deux traduisent la passion de leurs propriétaires pour la viticulture. L’un est le fruit d’une réorientation de carrière, l’autre d’une reconversion d’exploitation agricole.

La viticulture, dont l’origine en Belgique ­remonte à un bon millier d’années, a connu bien des soubresauts selon les époques. Depuis quelques années, plusieurs passionnés contribuent à relancer cette activité. L’appellation d’origine contrôlée (AOC) Côtes de Sambre et Meuse, en particulier, définit les critères de qualité des vins de Wallonie.

«Venez ! Nous allons marcher, me lance ­Vanessa Wyckmans, lorsque je me présente au château de Bioul. J’aime bien marcher tout en parlant.»

Et nous voilà en train d’arpenter le parc du château puis les rangs d’une première ­parcelle de vigne, puis encore une autre, alors que la «châtelaine» me raconte des pans de son histoire personnelle.

Avec son mari Andy, elle entretenait l’idée de posséder un jour un vignoble. Mais, ses parents, propriétaires du château de Bioul, ayant décidé de passer la main, la voilà qui abandonne son poste dans le monde des affaires dans la capitale pour s’installer au château.

Tout en analysant soigneusement les caractéristiques de leurs terres, ils se sont mis à étudier ce qui se faisait en matière de viticulture sous la même latitude, notamment en Allemagne.

C’est cela qui a dicté leur choix de cépages: bronner, cabernet blanc, johanniter et solaris en blanc; pinotin, cabernet Jura, cabernet noir en rouge. Près de la moitié de la vendange est vinifiée en mousseux.

À présent, le domaine du château de Bioul comprend 10 hectares de vignes, dont certaines parcelles étaient jadis déjà plantées en vignes. Certaines dépendances du château ont été converties en salle de vinification et en chai, d’autres en salle de réception où la découverte des vins du domaine occupe ­évidemment une grande place.

Un jeune viticulteur qui n’aimait pas les vaches

Après avoir terminé ses études à l’institut d’agronomie, il y a dix ans, Jean-François ­Baele a repris l’exploitation agricole familiale sise à Bovesse. Estimant que la superficie de la ferme familiale n’était pas viable sous cette forme, il a décidé de faire une reconversion.

«Ce dont j’étais sûr, c’est que je n’aimais pas les vaches», raconte-t-il.

Voilà donc supprimé le troupeau de vaches laitières. Se basant sur son travail de fin d’études portant sur la viticulture en ­Belgique, Jean-François se lance dans une vaste prospection qui le mène dans les pays rhénans dont le climat s’apparente à celui de la Wallonie, mais aussi dans plusieurs ­régions viticoles françaises.

L’intérêt mitigé qu’il entretenait pour la ­viticulture à l’étape de ses études s’est mué en véritable passion. Ainsi est né le Domaine du Ry d’Argent, baptisé du nom de la rivière qui borde le vignoble.

Au gré de ses voyages, Jean-François ­Baele s’est constitué un bon carnet d’adresses. «J’ai constamment des échanges avec des ­collègues vignerons d’un peu ­partout. Quand je rencontre un problème particulier, je les appelle», dit-il.

Comme ses 5 hectares de vigne ne suffisent pas à amortir la machinerie dont il s’est doté, il effectue aussi des travaux pour le compte de collègues vignerons de la région. L’espace dans le chai qu’il vient d’aménager est, de la même façon, partagé avec d’autres viticulteurs wallons.

Le bâtiment donnant sur l’une des vignes, qui auparavant servait d’étable, était en ­passe, lors de mon passage au domaine, d’être transformé en salle d’accueil et de ­réception des visiteurs.

Jean-François Baele, intarissable quand il parle de viticulture, est présenté comme une étoile montante dans son domaine.

REPÈRES

  • Le château de Bioul se situe dans la localité du même nom, dans les environs de Namur, à 93 km de Bruxelles. Info: www.chateaudebioul.com
  • Le vignoble du Ry d’Argent se situe à Bovesse, à 8 km de Namur. Info: www.domainedurydargent.com/contact
  • Une maison d’hôtes de ­charme: La Marchanderie, chez Nicolas Pirson, à Naninne près de Namur.
  • Un hôtel de charme: Le ­Welcome, 23, quai du Bois à Brûler, Bruxelles. Accueil ­chaleureux. Le décor de ­chacune des chambres est consacré à un pays. Info: www.hotelwelcome.com
  • Infos : www.belgique-tourisme.qc.ca ou tél. 1-877-792-4939.1-877-792-49391-877-79