/finance/news
Navigation

Pourquoi les Québécois produisent-ils deux rapports d’impôt?

Pourquoi les Québécois produisent-ils deux rapports d’impôt?

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec est la seule province à percevoir ses impôts sur le revenu des particuliers et des corporations. 
 
En plus de cotiser à l’impôt fédéral, les Québécois doivent produire un rapport d’impôt au provincial. Un rapport de la Commission Robillard prétend que le Québec économiserait 400M$ en éliminant son rapport d’impôt provincial. Un calcul rapidement contesté par Revenu Québec.
 
Mais depuis quand le Québec s’est-il rapatrié une partie de ses impôts?
 
Petite chronologie de l’impôt au Québec
 

1940

Le premier ministre du Québec Adélard Godbout rapatrie une partie des impôts de la province de Québec. 
 
Cette relative autonomie fiscale s’avérera de courte durée.
 
Adélard Godbout
Pourquoi les Québécois produisent-ils deux rapports d’impôt?
Commission de la capitale nationale

1942

Pour financer la participation du Canada à la Deuxième Guerre Mondiale, le premier ministre W. L. Mackenzie King décide de rapatrier tous les impôts des provinces. La conscription n’ayant pas été très populaire au Québec, cette initiative d’Ottawa ne sera pas sans conséquence. 
 
William Lyon Mackenzie King
Pourquoi les Québécois produisent-ils deux rapports d’impôt?
Library and Archives Canada

1947

Maurice Duplessis, de retour au pouvoir comme Premier Ministre du Québec, crée un impôt provincial sur le revenu des corporations. Mais Duplessis ne s’arrêtera pas en si bon chemin. Une bataille s’amorce avec Ottawa. 
 
Maurice Duplessis
Pourquoi les Québécois produisent-ils deux rapports d’impôt?
Bibliothèque et archives nationales du Québec

24 février 1954 

Duplessis annonce enfin un impôt provincial sur le revenu des particuliers. Il exige 15% de l’impôt sur le revenu versé au fédéral. Le gouvernement canadien n’entend pas lui céder ce taux d’un seul coup.
 

18 janvier 1955 

Après avoir négocié serré pendant des mois, Ottawa cède au Québec le droit de percevoir 10% de ses impôts. 
 
Pourquoi Duplessis tenait tant à cet impôt? Pour permettre au gouvernement québécois de mieux contrôler ses finances sans attendre Ottawa. Les réformes du gouvernement de Jean Lesage durant la Révolution tranquille ont d'ailleurs été possibles en partie grâce à cet impôt provincial.