/elections/homepage
Navigation

Les promesses électorales: les principaux engagements des chefs

Coup d'oeil sur cet article

À presque mi-chemin du marathon électoral, Le Journal vous présente les principaux engagements pris par les chefs des partis politiques fédéraux. Il reste encore 41 jours de campagne et de promesses à venir avant le scrutin du 19 octobre.


Stephen Harper, chef du Parti conservateur du Canada
Photo Agence QMI

«Stephen Harper est fidèle à lui-même par rapport à ses actions passées. Les promesses qu’il tient jusqu’à maintenant semblent être peu coûteuses. Je trouve qu’il y a beaucoup de crédits d’impôt de toutes sortes», souligne le politologue à la retraite de l’Université Laval, Réjean Pelletier.

  • Crédit d’impôt permanent pour la rénovation domiciliaire, pour les dépenses engagées pour des rénovations s’élevant de 1000 $ à 5000 $.
  • Criminaliser les déplacements dans certaines régions de pays étrangers où des groupes terroristes, comme le groupe armé État islamique, sévissent.
  • 9 M$ sur trois ans dans un fonds du Bureau de la liberté de religion pour venir en aide aux minorités religieuses persécutées par le groupe armé État islamique.
  • Majorer de 10 000 $ la limite de retrait libre d’impôt des REER pour les futurs propriétaires de maison, pour un maximum de 35 000 $.
  • Promet de déposer un budget équilibré si reporté au pouvoir.
  • Imposer la prison à vie sans possibilité de libération pour certains criminels.
  • Augmenter le crédit d'impôt pour frais d'adoption de 15 000 $ à 20 000 $ par enfant.
  • Allouer un financement pour la nouvelle gare maritime à la Jetée Alexandra du Port de Montréal (26 M$), et l’expansion du terminal de croisières Ross Gaudreault à Québec (26 M$).
  • 200 M$ additionnels pour améliorer l’accès à large bande dans des communautés rurales.
  • Créer un nouveau Centre de fabrication avancée pour encourager le développement de produits et de technologies de pointe et un bureau de promotion du commerce et des investissements.
Thomas Mulcair, chef du NPD
Photo Agence QMI

«Il y a des promesses avec plus d’implication pour les gens et non pas des grenailles qu’on va saupoudrer ici et là. (...) Alors ce sont des promesses importantes qui touchent beaucoup de monde, mais qui vont coûter cher aussi», souligne le politologue à la retraite de l’Université Laval, Réjean Pelletier.

  • Création d’un million de places en garderie à 15 $/jour avec droit de retrait avec compensation pour le Québec.
  • Augmentation du salaire minimum à 15 $/heure pour les travailleurs dans des entreprises de compétence fédérale.
  • Annulation du fractionnement du revenu et annulation de la hausse à 10 000 $ du plafond de cotisations à un CELI.
  • Réduire le taux d’imposition des petites entreprises de 11 à 9 % et hausser le taux d’imposition des grandes entreprises (chiffres à venir).
  • Créer un programme de protection des paiements pour les producteurs agricoles, protéger le système de gestion de l’offre du Canada et soutenir les fermes familiales.
  • Abolir le Sénat de concert avec les provinces.
  • Abroger la loi antiterroriste C-51 qui donne plus de pouvoir aux agents du SCRS.
  • Ramener l’âge d’admissibilité aux prestations de la Sécurité de la vieillesse de 67 à 65 ans.
  • 2500 policiers de plus dans les rues en rétablissant le Fonds de recrutement de policiers en y investissant 250 M$ dès la première année et une enveloppe permanente annuelle de 100 M$.
  • Augmenter de 400 M$ le programme du Supplément de revenu garanti en vue de «sortir 200 000 aînés de la pauvreté».
  • Déposer un premier budget équilibré si le NPD forme le prochain gouvernement.
Justin Trudeau, chef du Parti libéral du Canada
Photo agence QMI

«Il y a des promesses importantes qui coûtent cher, mais qui sont très souvent formulées à long terme, sur dix ans. (...) On s’intéresse à des clientèles assez ciblées, par exemple des enfants, des familles, des anciens combattants et les Autochtones», souligne le politologue à la retraite de l’Université Laval, Réjean Pelletier.

  • Création d’une allocation canadienne mensuelle pour enfant non imposable.
  • Nouveau taux d’imposition à 33 % pour les revenus de 200 000 $ et plus par an et baisse d’impôt pour les revenus de 45 000 $ à 89 000 $ (de 22 % à 20,5 %).
  • Budget équilibré à compter de 2019, mais des déficits ne dépassant pas les 10 G$ d’ici là.
  • Annulation du fractionnement du revenu et annulation de la hausse à 10 000 $ du plafond de cotisations à un CELI.
  • Investissement fédéral en infrastructures passant de 65 G$ à 125 G$ en 10 ans, dont 20 G$ dans les infrastructures vertes et 20 G$ de plus dans le transport en commun.
  • Modifier le processus de nomination au Sénat pour qu’il soit basé sur le mérite.
  • 200 M$ de plus par année dans l’élaboration de stratégies sectorielles favorisant les technologies vertes.
  • Modifier le Code canadien du travail de manière à ce que chaque travailleur sous réglementation fédérale ait le droit légal de demander – sans crainte de représailles – des conditions de travail plus souples, dont un horaire flexible et la possibilité de faire du télétravail.
  • 300 M$/an aux anciens combattants, dont le rétablissement des pensions à vie pour les anciens combattants blessés et une hausse du montant des indemnités d'invalidité.
Gilles Duceppe, chef du Bloc québécois
Photo Agence QMI

«Évidemment, ses promesses sont centrées sur les besoins particuliers du Québec, ce qui va de soi», souligne le politologue à la retraite de l’Université Laval, Réjean Pelletier.

  • Enquêter sur le prix de l’essence par le Bureau de la concurrence.
  • Demander au ministère de la Santé de ne pas empêcher l’ouverture de centres d’injection supervisés.
  • Assujettir le gouvernement fédéral à la Loi sur la qualité de l’environnement du Québec pour tout ouvrage pouvant avoir des répercussions sur l’environnement, le sol et la population.
  • Obtenir la «juste part» des contrats navals pour le Québec.
  • Plan d’investissement dans les infrastructures pour relancer l’économie en pleine récession et dans toutes les régions du Québec.
  • Appui aux diplômés pour les encourager à retourner en région une fois leurs études terminées.
  • Plan pour forcer le fédéral à cesser de piger dans la caisse d’assurance-emploi.
  • 300 M$ en fonds compensatoire pour indemniser les producteurs de fromages fins au Québec – en lien avec le traité de libre-échange avec l’UE.
  • Mesures pour relancer l’industrie forestière, incluant une gamme de programmes pour les entreprises de 2e et 3e transformations.
  • Abolition de la taxe sur les livres.
  • Reprise de la distribution du courrier à domicile par Postes Canada.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.