/news/society
Navigation

Longueuil veut rassurer les femmes

La mairesse souhaite déterminer les endroits jugés «à risque» par la population

Coup d'oeil sur cet article

La mairesse Caroline St-Hilaire veut rassurer les Longueuilloises inquiètes depuis le meurtre «sauvage» d’une femme sur une piste cyclable en identifiant tous les lieux publics jugés à risque.

«Un meurtre aussi sauvage que celui de Jenique Dalcourt, ça ébranle les gens, se désole Mme St-Hilaire. On ne veut pas que ça arrive à notre fille, notre sœur ou notre mère.»

Depuis que Jenique Dalcourt, 23 ans, a été retrouvée battue à mort près d’une piste cyclable de Longueuil, le 21 octobre dernier, la mairesse ne cesse de recevoir des courriels de femmes craintives pour leur sécurité.

Piste dangereuse

«C’est une piste cyclable très fréquentée par les joggeuses et les cyclistes. Comme le meurtre n’est toujours pas résolu, ça n’aide pas non plus», souligne la mairesse, qui assure que l’enquête se poursuit au service de police de Longueuil.

Dans les semaines suivant le drame, de nombreux citoyens se sont plaints à la Ville concernant le tronçon de la piste cyclable où le crime est survenu. Plusieurs ne se sentaient pas en sécurité dans ce coin sombre et bordé d’arbres.

«Moi-même, je cours dans ce secteur-là et je comprenais», admet Mme St-Hilaire, qui a aussitôt demandé à ses cols bleus d’élaguer des arbres et de corriger un problème d’éclairage.

La mairesse veut maintenant connaître tous les coins potentiellement dangereux de sa ville, où ses citoyens ne se sentent pas en sécurité.

À compter d’aujourd’hui et jusqu’au 27 septembre, une carte interactive est mise à la disposition des Longueuil­lois.

Il suffit de cliquer sur la carte pour identifier les endroits jugés «à risque» dans les rues, les parcs et autres lieux publics de la ville.

«Ça peut être à cause d’une haie de cèdres trop haute ou d’un problème d’éclairage», précise Caroline St-Hilaire.

Parc Marie-Victorin

La mairesse cite aussi en exemple le parc Marie-Victorin, qui a fait les manchettes ces derniers mois à cause des obscénités qui s’y déroulent.

«Il y a également un problème de signalisation dans ce parc. Si on a un malaise, ça peut être difficile d’en sortir rapidement», note Mme St-Hilaire.

Une fois le sondage en ligne terminé, la Ville analysera tous les commentaires et corrigera les problèmes les plus urgents.

«On va se faire un plan de match, assure la mairesse. Si 20 personnes nous disent qu’un secteur est dangereux, ça devient urgent de régler ça.»

La police de Longueuil n’a pas voulu commenter l’initiative de la Ville, mais assure que l’enquête sur le meurtre de Jenique Dalcourt est «une priorité».


Carte interactive sur www.longueuil.quebec/lieux-publics

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.