/sports/hockey
Navigation

La pression d’un Vézina

« Je n’ai aucune conseil pour Carey, c’est plus lui qui devrait m’en donner » - Tuukka Rask

 Tuukka Rask
Photo AFP Tuukka Rask

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | En 2014, Tuukka Rask a gravé son nom sur le trophée Vézina. Un an plus tard, le gardien finlandais n’a pas pu conduire les Bruins de Boston à une simple participation aux séries.

Rask connaît donc les attentes qui viennent avec l’obtention d’un honneur individuel.

«Je n’ai pas réellement ressenti une pression différente, a affirmé Rask qui était le représentant de la Finlande lors du dévoilement de l’horaire de la Coupe du monde de hockey au Centre Air Canada. Sur la glace, je ne sentais pas un poids supplémentaire sur mes épaules. Mais, je devais parler plus souvent aux journalistes en raison de ce trophée.

«Je cherche toujours à être le meilleur gardien possible, a poursuivi le gardien de 28 ans. J’ai connu une saison honnête l’an dernier, mais c’était loin d’être extraordinaire. Nous n’avons pas connu autant de succès sur le plan collectif. C’est pour cette raison qu’il y a eu plusieurs changements cet été à Boston.»

Aucun conseil

Gagnant du trophée Vézina en juin dernier, Carey Price expérimentera maintenant la même réalité que Rask. L’homme masqué du CH cherchera à se maintenir au sommet.

«Je n’ai aucun conseil pour Carey, c’est plus lui qui devrait m’en donner, a lancé Rask avec un grand sourire. Carey est un gardien exceptionnel, mais ce n’est pas facile de gagner cet honneur deux années d’affilée. L’an dernier, il a connu une saison tout simplement folle. Ce ne sera pas facile de rester à un tel niveau.»

Depuis Martin Brodeur avec les Devils du New Jersey en 2007 et 2008, aucun gardien n’a signé son nom deux ans de suite sur le trophée Vézina.

«Si un gardien peut le faire, c’est bien Carey», a rétorqué le Finlandais.

Malkin contre Crosby

Dans un autre coin de la patinoire du Centre Air Canada, Evgeni Malkin a parlé d’un tout autre sujet que Price. Le Russe a discuté de l’éventualité de croiser Sidney Crosby sur sa route à la Coupe du monde de 2016.

«Je joue avec Sidney depuis longtemps, mais j’aime ça me retrouver sur la glace contre lui lors des matchs internationaux, a expliqué Malkin. Sid est un joueur incroyable et une personne formidable, mais nous oublierons notre amitié le temps de quelques semaines.»

Malkin s’attend à vivre un moment spécial à Toronto.

«Ce sera incroyable, les gens sont fous du hockey au Canada, a-t-il dit. Je sais à quel point le hockey est important pour les Canadiens. C’est la même histoire pour les Russes. Nous ferons de notre mieux à ce tournoi. Nous espérons repartir avec l’or, même si le tournoi se déroule en territoire hostile.»


Ralph Krueger, l’ancien entraîneur en chef des Oilers d’Edmonton, dirigera l’équipe du reste de l’Europe. Miroslav Satan agira comme directeur général de cette formation qui regroupera des joueurs de la Slovaquie, de la Suisse, du Danemark, de l’Allemagne, de la Biélorussie et de la Slovénie, notamment.