/news/politics
Navigation

Sites web des ministères: Couillard imposera un moratoire

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.
Photo Le Journal de Québec, Simon Clark Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

Coup d'oeil sur cet article

Philippe Couillard s’apprête à décréter un moratoire sur le développement et la refonte des sites web du gouvernement, qui ont englouti plus de 50 millions de dollars au cours des quatre dernières années, a appris notre Bureau parlementaire.

Selon nos informations, la gestion des activités sur internet sera dorénavant centralisée au ministère du premier ministre — le Secrétariat à la communication gouvernementale du Conseil exécutif.

Finies les initiatives coûteuses en informatique prises en vase clos par les ministères et organismes.

«Imposer un moratoire permettra de limiter les dépenses liées au web, qui autrement auraient été engagées par les différents ministères», peut-on lire dans une note d’information gouvernementale obtenue par notre Bureau parlementaire.

Les projets qui ne sont pas en cours de réalisation seront suspendus jusqu’à ce que Québec accouche d’une stratégie web globale, qui inclura les médias sociaux.

Site unique

Le gouvernement veut procéder à une «optimisation des sites web», mais surtout à une «migration vers un site unique». En 2015, on compte plus de 1200 sites web liés au gouvernement (externes, intranets et extranets), dont 300 uniquement dans les ministères.

Explosion des coûts

Les coûts liés au web n’ont cessé de croître ces dernières années au gouvernement. Entre 2011 et 2014, les ministères ont consacré plus de 50 millions de dollars pour développer et entretenir leurs sites internet, selon une estimation du Conseil exécutif et du Conseil du trésor.

Les organismes et sociétés d’État ne sont pas en reste et ont engagé des sommes et des ressources du même ordre pour assurer leur présence sur le web, toujours selon les estimations du gouvernement.

En imposant un cran d’arrêt, le gouvernement prévoit limiter le recours à l’externe et, du même coup, ses dépenses.

Extraits d’une note d’information gouvernementale obtenue par notre Bureau parlementaire

«Entre 2011 et 2014, les ministères ont consacré plus de 50 millions de dollars pour développer et entretenir leurs sites web»

«Au Québec, le développement du web gouvernemental s’est fait au cours des dernières années au gré des besoins des différents ministères et organismes publics, à la pièce, sans plan d’ensemble et de stratégie intégrée»

«Plusieurs ministères et organismes publics dépendent des ressources externes pour le développement et l’entretien de leurs sites web»